Usurpateur, Assassinat, etc…: Le nouveau machiavélisme du Sénégalais !




En dehors de la montée en puissance du coronavirus dans notre pays, l’actualité a été riche en faits divers, les uns plus rocambolesques que les autres dont nous allons en citer au moins deux.

‘’Un étudiant déguisé en femme pour passer l’examen du Bac à la place de sa copine’’ : Le titre barre tous les quotidiens et les sites d’informations. L’homme, alpagué, parle d’amour qui l’aurait incité à agir. Sa copine l’attendait dans la chambre d’une auberge.

Quelques jours ou heures auparavant, le peuple entier a été secoué par la mort de cette jeune dame, Laobé Ndiaye, vendeuse de pièces détachées, qui aurait été tuée par un féticheur avec la complicité d’une de ses amies. Les présumés auteurs ont été arrêtés. Ces deux faits à eux seuls montrent une tendance qui se dessine dans notre société : les gens sont de plus en plus prêts à tout pour atteindre leurs objectifs. Et ceci, qu’importe les moyens.

Or, ça, c’est du machiavélisme. On l’attribuait souvent aux hommes politiques en oubliant que ces derniers ne sont pas descendus du ciel. Ils sont des produits d’une société qui a poussé la réussite matérielle et financière au rang de pinacle malgré l’apparence de religiosité et de croyance à des érudits. Même si là aussi, c’est souvent pour des raccourcis afin de bénéficier de prières ou de pistons pour des avantages. Le sénégalais croit qu’on peut aussi rouler Dieu dans la farine en faisant semblant de croire alors qu’au fond, c’est à  l’argent que l’on croit.

Des boulangers, voilà ce que nous sommes tous devenus. Bien sûr, au sens péjoratif du mot. Car, chacun se croit assez fourbe pour atteindre ses objectifs de vie par des raccourcis de toutes sortes. On a eu même un faux médecin qui était devenu Chef de district de santé et donnait des cours de santé dans une faculté d’une université…

Du faux, on en a partout. Les escrocs de tous bords pullulent en multipliant les stratagèmes au point qu’il est difficile de faire confiance à quelqu’un.

Personne ne respecte sa parole et cela ne dérange personne. Et ça aussi, c’est une des recommandations de Machiavel dans ‘’Le Prince’’. Alors, si certains sont arrêtés, on peut se demander combien ils sont à se pavaner dans la nature en narguant les autres ?

On a même énormément de faux CV y compris parmi les plus hauts responsables du pays. On s’amuse de mentir sur tout. L’essentiel est de donner une certaine image, de paraître tel.

Cette brave femme tuée par ce charlatan ne savait pas à quel point elle valait mieux que cet homme auprès de qui elle était partie demander des prières. Parce qu’elle, au moins, avait un métier, une bonne réputation et avait créé une entreprise. Alors que le charlatan passait son temps à tromper les autres.

Pis, cet étudiant qui monte ce plan machiavélique, même s’il avait réussi, serait le premier à apprendre la redoutable ingratitude de beaucoup de jeunes filles.

Et le pire, c’est que ce sont certains jeunes qui sont sortis des daaras et de l’école coranique qui sont encore beaucoup plus portés vers le mensonge et la roublardise. C’est là on retrouve beaucoup plus de vendeurs d’illusions et qui vivent de l’arnaque.

Pis, certains prêcheurs, soi-disant ‘’oustaz’’ même connus à travers les médias sont des escrocs et des dragueurs patentés. Une société qui pourrit évidemment par la tête comme les poissons.

Alors, se pose la redoutable question de son avenir. Peut-on se développer dans ces conditions ? Si personne ne croit en la vertu du travail et de l’honnêteté, comment peut-on former des élites capables de mener les batailles de développement et de l’émancipation économique et sociale dans un contexte géopolitique défavorable ?

Arriver à cerner la problématique de notre manque de sérieux et d’honnêteté, c’est arriver à résoudre tous nos problèmes existentiels. Mais, ce n’est pas demain la veille….

Assane Samb