FATOUMATA SISSI NGOM, PARCOURS D’UN APÔTRE DE LA RESTITUTION DES ŒUVRES D’ART




La tête bien faite. Le corps bien frêle. Le teint caramel. Fatoumata Sissi Ngom est loin des projecteurs. Pourtant, elle est l’une des plus brillantes écrivaines de sa génération. Née en 1986, la jeune dame a été auditionnée à l’Assemblée nationale et au Sénat français, dans le cadre du projet de loi pour la restitution du sabre d’El Hadj Omar Tall, grâce au magnifique livre qu’elle a écrit sur la thématique de la restitution des œuvres d’art. Un livre dont la rédaction a démarré bien avant le discours d’Emmanuel Macron à Ouagadougou. Lequel discours a placé cette thématique au cœur de l’actualité franco-africaine.

De sa voix fluette, elle déclare : “On me dit très souvent que j’ai eu une prémonition. Je crois que c’est vrai (rires) ; j’ai commencé à écrire ’Le silence du totem’ des années avant ce discours. Je suis ravie que mon roman ait contribué et continue de contribuer au débat sur la restitution des œuvres d’art africain. C’est un sujet qui me tient à cœur.’’

Dès sa sortie (en avril 2018), alors que le débat commençait vraiment en France et en Afrique, “Le silence du totem’’ a eu un accueil ouvert et bienveillant de la part d’intellectuels et d’experts culturels, se réjouit l’auteure, en citant l’administrateur du musée des Civilisations noires, Hamady Bocoum, et aussi beaucoup d’intellectuels de la diaspora et du monde entier. Pragmatique, rigoureuse et tournée vers l’avenir, elle déclare : “Je veux surtout éviter de me dédire dans le futur et selon la direction du vent. Ce serait intellectuellement dramatique. Par exemple, malgré la sensibilité du débat et l’orthogonalité de nos positions, le musée du Quai Branly a mis en vente mon roman dans sa librairie et ce dès sa sortie.”

Passionnée d’art, visitant musée après musée, la jeune dame n’a eu de cesse de se poser certaines questions substantielles sur les œuvres détenues dans les musées occidentaux, particulièrement français. Quelle est la signification véritable des œuvres d’art exposées dans les musées ? Qu’est-ce qu’elles ont représenté pour ces peuples qui les ont façonnées ? Comment ces œuvres ont-elles été acquises ? Est-ce par le sang, par le vol, le pillage, la manipulation ? Tant de questions sans réponse. “Même si le comment de leur captation est généralement indiqué quand il s’agit, par exemple, d’un don. Au surplus, sur les cartels d’exposition, figurent des informations relatives notamment aux origines géographiques, à l’année d’entrée en France… Mais pas grand-chose sur l’être ontologique des œuvres, leur signification véritable…’’.

Surgit ainsi dans le cœur de Fatoumata Sissi Ngom une sorte de frustration, un sentiment de manque et de mise au silence. “En sortant du musée du Quai Branly cet après-midi-là, émue aux larmes, j’avais en tête l’intrigue de mon futur roman. Il ne me restait plus qu’à l’écrire. Révélation ? Oui ça en fut une’’, a-t-elle confié.

Née à Dakar d’un père sérère originaire de Khalambass – une autre ressemblance avec Sitoé – et d’une mère halpulaar, Fatoumata Sissi a, à l’instar de son héroïne, fait des prépas pas du tout faciles, mais en série mathématiques et physique dans les lycées français, et non à Hypokhâgnes comme Sitoé. Très forte, brillante étudiante, elle a très vite gravi tous les échelons. Elle est aujourd’hui analyste de politiques climatiques et économiques et a déjà fait deux ans à l’OCDE. Auteur d’études sur le changement climatique, le bien-être et la croissance économique, elle est également une brillante ingénieure en mathématiques financières et en informatique, et a travaillé dans le domaine de la modélisation mathématique et la gestion de risques de marché et biométriques de produits d’assurance-vie complexes.

Bien que purement scientifique, elle est fascinée par la littérature et l’art. Elle explique : “J’ai une grande sensibilité artistique et je pense que mon premier roman n’aurait pu être écrit dans un domaine autre que l’art.’’

Revenant sur le débat de la restitution, l’auteure met l’accent sur les perspectives diamétralement opposées entre Occidentaux et Africains. Pendant que les premiers ont une vision assez mercantiliste et esthétique des œuvres, les seconds peuvent, parfois, avoir une vision plutôt spirituelle, existentialiste avec ces œuvres. “Pour les peuples qui les ont fabriquées, ces œuvres n’ont pas une valeur monétaire, elles ont une valeur essentiellement symbolique et rituelle’’.

Bien qu’elle soit esthète, bien qu’elle soit anthropologue, Sitoé sait que le totem-pangol n’est pas un objet d’art au sens premier du terme. Il n’a pas été façonné pour être contemplé, admiré devant une vitre… Pour elle, la problématique de la restitution des œuvres est d’une importance capitale. Elle espère, à ce titre, que le Sénégal saura profiter au maximum de cette opportunité. “Je suis confiante que la commission nationale qui va se charger de la liste des œuvres d’art et documents à réclamer à la France travaillera avec méthode et parcimonie, et une grande dignité. Le retour de certaines œuvres dans nos musées constitue une formidable opportunité pour éveiller les consciences sur l’importance de l’art, ancien ou contemporain, dans notre société, et surtout pour la garde de notre histoire’’.