1 an après le début de la pandémie: Une étude de l’UNFPA révèle 1,4 million de grossesses non désirées




Environ 12 millions de femmes ont subi des perturbations dans leurs services de planification familiale en raison de la pandémie Covid_19, entraînant 1,4 million de grossesses non désirées. Ces chiffres sont du Fond des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et de l’Avenir Health, d’après les nouvelles estimations publiées le 11 mars, un an après que la propagation incontrôlée de la Covid_19 a été officiellement déclarée pandémie.

En à croire l’étude “Ces derniers chiffres viennent même si de nombreux pays, en particulier les pays à revenu élevé, montrent les premiers signes d’une forte baisse des taux de natalité . Ensemble, les résultats démontrent à quel point le destin reproductif des femmes a été gravement altéré et leurs préférences sapées par la pandémie.”

Les projections de l’UNFPA portent sur les interruptions des services de contraception dans “115 pays à revenu faible et intermédiaire par rapport à l’année précédente”, indique le document.

Les données des enquêtes de l’UNFPA et des partenaires, ainsi que les données de Google Mobility, ont révélé que l’accès à la planification familiale était largement “perturbé par des facteurs tels que les restrictions de voyage, l’interruption des chaînes d’approvisionnement, les ruptures de stock et les établissements de santé débordés.”