A 93 ans, il “meurt du Covid-19” dans son Ehpad après être resté attaché 15 jours à un fauteuil




wikistrike.com

La famille d’un résident, décédé le 30 mars dernier à l’Ehpad La Chevalière à Mazamet dans le Tarn, porte plainte pour homicide involontaire. Positif au Covid-19, l’homme de 93 ans, s’était vu prescrire une ordonnance pour contention physique. Pour ses proches, le lien de causalité est réel entre son décès et la « maltraitance » qu’il a subie durant ses derniers jours.

« C’est lamentable ce qu’il s’est passé… » Didier Bordes, originaire de Mazamet (Tarn), ne cache pas sa colère. Son père Georges Bordes, est décédé le 30 mars dernier à l’âge de 93 ans. Il était résident à l’Ehpad de La Chevalière à Mazamet depuis le 8 février 2018.

Le 15 mars 2021, Georges Bordes est déclaré positif au Covid-19. « Ce jour-là, l’établissement a demandé au médecin de famille de rédiger une ordonnance pour prescrire une contention physique, raconte le fils aîné et tuteur légal de Georges Bordes. Parce qu’on le connaît bien, mon frère Denis et moi, ce médecin nous a contacté pour nous prévenir qu’il allait établir cette ordonnance ‘à contre-coeur’, mais que ‘c’était le protocole’. On a donc su que notre père, pendant huit jours, allait être attaché au fauteuil de sa chambre. À partir de ce jour-là, on ne l’a plus revu…»

Attaché au fauteuil pendant 15 jours

« Il est resté durant les quinze jours qui ont précédé son décès, entravé sur ce fauteuil en journée et sous somnifères importants la nuit. Tout cela afin qu’il ne puisse quitter sa chambre et déambuler. C’est ce qu’une infirmière nous a expliqué », ajoute Didier Bordes, qui avec son frère et sa sœur, a décidé de porter plainte, le 1er avril au commissariat de police de Mazamet, contre la direction de l’Ehpad La Chevalière pour homicide involontaire.

« On a reçu la plainte et une enquête a été ouverte. Des vérifications sont en cours », confirme Cherif Chabbi, procureur de la république de Castres.

« Il était en bonne santé »

Georges Bordes avec son épouse.
Georges Bordes avec son épouse. 

« Avant le mois de mars, nous lui rendions visite de façon régulière. Mon père, bien qu’aphasique depuis son AVC en 2012, comprenait très bien ce qu’on lui disait. Il avait toute sa mobilité, et il ne souffrait d’aucune maladie. Il était en bonne santé. Je reste convaincu qu’un lien de causalité est réel entre le décès de mon père et la façon dont il a été maltraité durant ses derniers jours dans cet établissement », assure Didier Bordes, qui souhaite, via cette plainte, que « ces faits ne se reproduisent plus et que les patients terminent leur vie dans de bonnes conditions humaines ».

« L’établissement a bien suivi, scrupuleusement, les prescriptions et directives du médecin et le protocole de façon générale »

Du côté de la direction de l’Ehpad La Chevalière, on confirme que Georges Bordes est décédé, au sein de l’établissement, des suites du Covid-19. Il n’était pas vacciné par refus de la famille. « En effet, dès que nous avons un résidant positif, nous faisons appel à son médecin traitant. Et l’établissement a bien suivi, scrupuleusement, les prescriptions et directives du médecin et le protocole de façon générale, protocole commun à tous les établissements de soins et même aux personnes extérieures, explique Sarah Caminade Marty, directrice de l’Ehpad. Quand vous êtes positif, vous devez vous isoler pour protéger les autres. Donc, on rentre bien dans ce cadre, il n’y a pas de soucis de ce côté-là. Et il faut savoir, que nous sommes toujours en lien, lorsque nous avons des cas positifs, avec l’ARS et la plateforme Covid de l’hôpital pour toutes les recommandations et conduites à tenir. »

Contention physique : « c’est du cas par cas »

Sarah Caminade Marty précise également que « la contention n’est pas continue. Ça ne veut pas dire qu’on attache quelqu’un toute la journée et les soignants peuvent aller les faire marcher. C’est plus un contrôle des mouvements. De façon générale, les protocoles d’isolement peuvent aller jusqu’à la contention. Ce n’est pas une obligation, c’est du cas par cas. En tout cas, la contention n’est pas une maltraitance quand elle est évaluée par un médecin. »

Par rapport au lien de causalité soulevé par Didier Bordes, la direction de la Chevalière se défend également : « Si le résidant était décédé d’autre chose que du Covid, le médecin nous aurait alertés. »

Source: La Dépêche