Affaire Tariq Ramadan : l’expertise concluant à une emprise sur les plaignantes annulée




Le Monde avec AFP

La chambre de l’instruction a invalidé jeudi l’expertise de mai 2020 du docteur Daniel Zagury pour un vice de procédure. De nouveaux experts vont devoir réexaminer cette question au cœur de l’affaire.

La cour d’appel de Paris a annulé, jeudi 17 juin, une expertise psychiatrique selon laquelle les femmes qui accusent Tariq Ramadan de viols étaient en partie sous son emprise, a confirmé l’un de ses avocats au Monde, après une information de l’Agence France-Presse (AFP). Toutefois, de nouveaux experts vont devoir réexaminer cette question au cœur de l’affaire.

L’expertise de mai 2020 du docteur Daniel Zagury a été invalidée par la chambre de l’instruction pour un vice de procédure. Le célèbre psychiatre avait interrogé plusieurs plaignantes ou témoins sans l’accord des juges d’instruction. L’expert avait seulement été autorisé à consulter le dossier, dans lequel figuraient les déclarations des femmes concernées.

La cour juge toutefois que « l’analyse des relations ayant pu exister entre les huit plaignants et témoins recensés (…) et Tariq Ramadan constitue un élément central de la procédure qui doit impérativement faire l’objet d’une étude approfondie », qui pourrait être confiée à « un collège d’experts », selon l’arrêt consulté par l’AFP.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Affaire Tariq Ramadan : la notion d’« emprise » au cœur d’une expertise

« L’expert a commis un abus de pouvoir qui a été sanctionné, c’est la juste application de la loi », s’est félicité Philippe Ohayon, un des conseils de Tariq Ramadan, mis en examen pour des soupçons de viols sur cinq femmes, ce que l’intellectuel suisse conteste fermement, plaidant des relations consenties.

« Cette décision confirme bien qu’il n’y a plus de dossier Ramadan », assurent deux autres avocats de la défense, Nabila Asmane et Ouadie Elhamamouchi, considérant « la notion d’emprise » comme « une bouée de sauvetage pour sauver cette instruction du naufrage judiciaire ». A l’inverse, pour Eric Morain, avocat de deux plaignantes, « la cour a ordonné une contre-expertise, preuve, s’il en est, que la question de l’emprise est plus que jamais au cœur de ce dossier ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Tariq Ramadan condamné pour avoir écrit la véritable identité d’une plaignante

Une relation en quatre étapes

Le débat sur la notion d’emprise s’est imposé dans cette affaire après que les plaignantes ont été parfois mises en difficulté par la révélation de leurs échanges avec M. Ramadan, jugés « ambivalents » par les enquêteurs depuis une première plainte en octobre 2017.

Dans son rapport, le Dr Zagury décrivait en quatre étapes la relation instaurée par M. Ramadan : une « vénération » pour « l’intellectuel brillant » rencontré sur les réseaux sociaux, puis des échanges « de plus en plus érotisés avec une coloration sado-masochique de domination-soumission », suivis d’une rencontre « décrite comme un enchaînement soudain et brutal » vers des pratiques sexuelles extrêmes, avant une quatrième phase de sentiments contradictoires (rancœur, culpabilisation, vengeance, admiration et sujétion persistantes).

Ce débat judiciaire sur la notion d’emprise est primordial pour les juges d’instruction, qui doivent déterminer, avant d’ordonner un éventuel procès ou l’abandon des poursuites, si l’islamologue peut être ou non accusé d’avoir imposé des actes de pénétration sexuelle par une forme de « contrainte morale ». Lire aussi Quand Tariq Ramadan se compare au capitaine Dreyfus