Attaque du Palais Sékoutoureya par les forces spéciales : le témoignage d’un des rescapés de la garde présidentielle




Le 5 septembre 2021 les Forces Spéciales de la Guinée ont réussi à « capturer » Alpha Condé. Un des rescapés de la garde présidentielle raconte les détails de l’opération. En effet, sous le signe de l’anonymat, il indique sur Africaguinee.com, que les forces spéciales se sont retrouvées dedans sans qu’il n’y ait le moindre combat au dehors, dans la nuit entre 2h et 4 h du matin. 

« De la façon dont les choses se sont passées, on a eu l’impression qu’ils étaient installés dans le Palais. Parce que les caméras de surveillance n’ont montré personne, aucun mouvement, à partir de là où j’étais installé. Je précise qu’aucun mouvement n’est permis sur la ceinture du Palais. Tout ça pour éviter que quelqu’un s’y approche. Ensuite aucun véhicule n’a été aperçu dans les parages cette nuit-là.

D’ailleurs, il y a des gardes qui sont postés partout. Mais il faut voir une chose pour résister ou tirer. Tous les compartiments du bâtiment qu’ils ont traversés pour se retrouver à l’étage, aucune trace ou mouvement n’a été détecté.  Et quand ils ont commencé à agir il n’y avait aucun moyen de résistance tellement qu’ils étaient prêts et rapides. Je ne sais pas s’il y aura quelqu’un parmi nous qui pourra expliquer comment ces gens se sont retrouvés dans le bâtiment sans aucun bruit. Peut-être qu’ils pourront le faire un jour. Aucun tir n’a été entendu de 2 heures au petit matin. Pourtant des balles nous ont touchés » a-t-il dit. 

Sur les tirs entendus à Kaloum et dans plusieurs quartiers environnants, le rescapé d’indiquer que c’était le matin vers 8h. « Quand des tirs ont été entendus autour du palais, ils étaient déjà terminés. Il a fallu le matin pour que nos collègues qui n’étaient pas de service se rendent compte que le Palais a été attaqué. Ils avaient pris position partout » a-t-il révélé 
Les renforts appelés ont en quelque sorte foncé droit dans la gueule du loup a-t-il expliqué en outre. 

« Ils ne savaient pas que ceux qui nous ont attaqués ont passé la nuit avec nous. Les assaillants sont venus avec toute leur artillerie y compris des véhicules blindés, pour ceinturer le palais et tout Kaloum. Les quelques agents de la présidence qui sont restés dehors, en les voyant, ont pensé qu’ils étaient sauvés. Ils ont cru à l’arrivée des renforts. Mais ce sont les mêmes qui ont neutralisé le reste de la garde et barrer les voies des camps Samory et Makambo qui sont à quelques minutes de voiture du Palais. C’est avec l’arrivée de ces gens que les crépitements de balles ont commencé. Entre-temps, nos amis appelés au téléphone sont venus entrer droit dans la gueule du loup. Ils ont été neutralisés à leur tour ».

Sur les morts enregistrés lors de l’attaque, la source de faire savoir qu’ils ont été « vite ramassés et envoyer je ne sais où ».  Les blessés ont été envoyés au camp Samory pour les soins. 




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.