Covid-19 dans le monde : les Etats-Unis durcissent les conditions d’entrée sur leur territoire




Le Monde avec AFP

Alors que l’administration Trump venait d’annoncer leur levée, le président Joe Biden va réimposer des restrictions pour les voyageurs venant de la plupart des pays européens.

Les Etats-Unis durcissent les conditions d’entrée sur leur territoire

Le président américain, Joe Biden, va réimposer, lundi 25 janvier, une interdiction d’entrer aux Etats-Unis à la plupart des citoyens non américains qui se sont rendus en Grande-Bretagne, au Brésil, en Irlande et dans une grande partie de l’Europe, a déclaré un responsable de la Maison Blanche.

Au cours de ses derniers jours au pouvoir, Donald Trump avait annoncé que l’interdiction d’entrer aux Etats-Unis pour les voyageurs en provenance d’une grande partie de l’Europe et du Brésil serait levée, mais l’administration Biden avait ensuite déclaré qu’elle annulerait immédiatement cet ordre, qui devait entrer en vigueur le 26 janvier.

Joe Biden doit également étendre cette interdiction aux voyageurs qui se sont récemment rendus en Afrique du Sud, en raison des informations selon lesquelles de nouveaux variants du coronavirus plus transmissibles apparaissent aux Etats-Unis. Cette décision du président démocrate fait partie du plan de lutte de la nouvelle administration dans le pays le plus touché au monde, tant en termes d’infections (25,1 millions) que de décès (plus de 419 000).

Dès les premiers jours après son entrée en fonctions, Joe Biden a durci les règles de port du masque et ordonné la mise en quarantaine des personnes se rendant aux Etats-Unis par avion.

  • Heurts et pillages aux Pays-Bas

Des heurts avec la police et des pillages ont éclaté, dimanche 24 janvier, dans plusieurs villes néerlandaises en marge de manifestations contre le couvre-feu en place depuis samedi. Des incidents ont été signalés notamment à Amsterdam, Eindhoven, La Haye, Bréda, Arnhem, Tilbourg, Enschede, Apeldoorn, Venlo et Ruremonde.

Au moins 100 personnes ont été arrêtées en marge du rassemblement à Amsterdam, a affirmé dimanche, dans un communiqué, la mairie, qui estime le nombre de manifestants présents dimanche dans la capitale à environ 1 500. A La Haye, dans le quartier du Schilderswijk, plusieurs incendies ont été signalés et un agent de police a été filmé en train de prendre la fuite face à un groupe de personnes rassemblées, selon la télévision publique NOS.

A Eindhoven, dans le sud du pays, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser une foule de plusieurs centaines de personnes, selon la télévision régionale Omroep Brabant. Plusieurs véhicules ont été incendiés et des commerces de la gare centrale d’Eindhoven ont été pillés. « Je pense que, si on va sur ce chemin, nous nous dirigeons vers une guerre civile », a déclaré dimanche, devant les caméras de télévision le bourgmestre d’Eindhoven, John Jorritsma, qualifiant les personnes présentes au rassemblement de « lie de la société » et suggérant la nécessité d’une intervention de l’armée.

Les Pays-Bas ont entamé samedi leur premier couvre-feu depuis la seconde guerre mondiale. Selon le premier ministre, le couvre-feu doit éviter un confinement, alors que, depuis le début de la crise sanitaire, les Néerlandais n’avaient encore jamais dû justifier leurs déplacements.

Le président mexicain diagnostiqué positif

Le président mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador, le 1er décembre 2020 au palais présidentiel de Mexico. HENRY ROMERO / REUTERS

Le président mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador, âgé de 67 ans, a annoncé dimanche qu’il avait été testé positif au Covid-19, que ses symptômes étaient légers et qu’il restait optimiste. « Je regrette de vous informer que j’ai été contaminé au Covid-19. Les symptômes sont légers, mais je suis déjà un traitement médical », a déclaré le chef de l’Etat sur son compte officiel Facebook.

M. Lopez Obrador, qui a maintenu la plupart de ses activités pendant la pandémie, a désigné la secrétaire à l’intérieur, Olga Sanchez, pour le remplacer à sa conférence de presse du lundi au vendredi. « Je serai attentif aux affaires publiques depuis le Palais national. Par exemple, lundi, j’aurai un entretien téléphonique avec le président Vladimir Poutine », a précisé M. Lopez Obrador, en évoquant son homologue russe.

Les masques FFP2 obligatoires en Autriche

A Vienne, le 25 janvier 2021. Ronald Zak / AP

Les Autrichiens ont troqué lundi leurs masques en tissu pour des protections FFP2. Ces masques sont désormais obligatoires pour les plus de 14 ans dans les transports, les magasins, les lieux de prestation de services et les cabinets médicaux.

La mise en place de cette nouvelle mesure, qui reste peu répandue en Europe, ne suscite pas de réel débat dans le pays, alors que « la régulation fait en sorte que les masques soient vendus à prix coûtant » (soit 59 centimes d’euros), commente une passante.

Les femmes enceintes et les personnes présentant des contre-indications médicales sont exemptées, tout comme les personnels qui acceptent de se soumettre à des tests réguliers de dépistage du coronavirus.

Malgré un troisième confinement mis en place après Noël et prolongé jusqu’au 8 février au moins, le nombre d’infections ne baisse guère : les nouvelles contaminations quotidiennes se situent autour de 130 pour 100 000 habitants alors que le gouvernement s’est fixé pour objectif de ne pas dépasser cinquante.

Le variant sud-africain détecté en Nouvelle-Zélande

Le bilan de la Nouvelle-Zélande dans le combat contre le Covid-19 a, jusque-là, été salué à l’étranger. L’archipel a enregistré moins de 2 000 cas depuis le début de la pandémie et 25 morts. TANIA WHYTE / AP

La première personne contaminée localement en Nouvelle-Zélande en plus de deux mois est atteinte du variant sud-africain du coronavirus, ont annoncé, lundi, les autorités.

Une femme de 56 ans qui était récemment rentrée d’Europe a été reconnue positive samedi 23 janvier, soit, dix jours après avoir achevé sa quarantaine obligatoire de deux semaines à l’isolement. Elle aurait été contaminée par une personne qui se trouvait au même étage qu’elle et qui a été diagnostiquée positive deux jours avant qu’elle ne finisse sa quarantaine. Elle est la première personne à avoir été contaminée localement depuis la mi-décembre.

Le bilan de la Nouvelle-Zélande dans le combat contre le Covid-19 a, jusque-là, été salué à l’étranger. L’archipel a enregistré moins de 2 000 cas depuis le début de la pandémie et 25 décès. Lire aussi Nouvelle-Zélande : pourquoi la victoire politique de la première ministre Jacinda Ardern est historique

  • L’Australie approuve le vaccin de Pfizer-BioNTech

Le régulateur australien du médicament (ou TGA, pour Therapeutic Goods Administration, « Direction des substances thérapeutiques ») a approuvé l’utilisation du vaccin contre le Covid-19 développé par Pfizer et BioNTech, a déclaré, lundi, le premier ministre, Scott Morrison, qui précise que cette décision fait suite à une procédure formelle.

S’exprimant devant les journalistes, M. Morrison a affirmé que l’autorisation accordée par la TGA concernait les personnes âgées de 16 ans et plus. Le ministre de la santé, Greg Hunt, a, lui, fait savoir lors d’une conférence de presse que la campagne de vaccination des personnes considérées comme prioritaires devrait débuter à la fin de février, au rythme de 80 000 doses administrées par semaine.