20 ans de prison pour le meurtrier de 4 Sénégalais à Paris




Thibaud Garagnon a été condamné, ce jeudi 10 décembre, à vingt ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de Paris pour avoir volontairement incendié, en septembre 2015, l’immeuble du 4 de la rue Myrha où il habitait le 2 septembre 2015. L’incendie avait fait huit morts dont quatre membres d’une même famille sénégalaise

 Le jeune homme de 24 ans a accueilli le verdict stoïquement, rapporte l’AFP repris par Rewmi. Il a été condamné en outre à un suivi socio-judiciaire de douze ans à sa sortie de prison et, en cas de manquement, à une peine de prison de sept ans. L’avocat général avait requis vingt-cinq ans de réclusion criminelle assortis d’une peine de sûreté des deux tiers.

Du côté des parties civiles, les réactions oscillaient entre le soulagement et la colère. « J’ai un sentiment d’apaisement », a affirmé la mère de l’une des personnes mortes dans l’incendie. « J’ai un peu l’impression de pouvoir mieux respirer. Les angoisses vont sûrement s’en aller, j’espère », a poursuivi la femme dont le fils s’était défenestré. « Peu importe la peine [à laquelle a été condamné l’accusé], moi, ma peur était qu’il recommence », a-t-elle ajouté.

« Il s’est amusé devant nous »

« On n’est pas du tout satisfait », a affirmé pour sa part Alassane Tandian, un des rescapés de l’incendie. Tout au long du procès, M. Garagnon n’a respecté « ni la cour ni les parties civiles ». « Il s’est amusé devant nous », a déploré M. Tandian. Invariablement vêtu de tee-shirts à l’effigie de la série My Little Pony, l’accusé n’a pas eu de mots de compassion pour les victimes, se présentant lui-même comme « une victime ».

Le 2 septembre 2015, vers 4 h 20 du matin, M. Garagnon, locataire d’un studio au 2e étage de l’immeuble situé 4, rue Myrha, s’était levé avec, selon ses propres mots, « la pulsion de vouloir détruire quelque chose ». Il avait mis le feu à une des poussettes entreposées au rez-de-chaussée près de la cage d’escalier avant de remonter se coucher. Le feu avait rapidement ravagé l’immeuble, provoquant la mort de huit personnes, dont deux enfants.