États-Unis: la famille de Malcolm X demande la réouverture de l’enquête sur son assassinat




États-Unis: la famille de Malcolm X demande la réouverture de l’enquête sur son assassinat

Le militant américain des droits civiques Malcolm X lors d'une conférence de presse à Washington, le 16 mai 1963.
Le militant américain des droits civiques Malcolm X lors d’une conférence de presse à Washington, le 16 mai 1963. AP

56 ans après l’assassinat de Malcolm X, la famille de l’ancien militant demande la réouverture de l’enquête après de nouveaux éléments rendus publics lors d’une conférence de presse ce weekend. Des éléments qui impliqueraient la police de New York et le FBI. 

« La moindre preuve qui mène à la vérité sur ce qui s’est passé doit être vérifiée sérieusement. » Pour Ilyasah Shabazz, l’une des filles de Malcolm X, il est aujourd’hui nécessaire de rouvrir l’enquête autour de l’assassinat de l’ancien militant des droits civiques.

Ces déclarations font suite à un nouveau témoignage mettant en cause la police de New York et le FBI, rapporte notre correspondante à New York, Loubna Anaki. Il s’agit d’une lettre écrite par ancien policier new-yorkais sur son lit de mort et autorisée par son cousin à être rendue publique à titre posthume. Le texte a été lu lors de la conférence de presse en présence des filles de Malcolm X qui a eu lieu ce samedi. Raymond Wood y raconte qu’il avait été chargé d’infiltrer l’entourage du leader noir charismatique. Quelques jours avant l’assassinat, il aurait reçu l’ordre de piéger et d’arrêter deux des gardes du corps du militant noir.  

Malcolm X s’est ainsi retrouvé avec une sécurité amoindrie le jour où il devait faire un discours à Harlem, le 21 février 1965. Dans l’Audubon, une salle de bal située dans le quartier de Washington Heights, trois hommes ont fait irruption et ont ouvert le feu, tuant Malcolm X quelque secondes après qu’il se fut éloigné du pupitre où il venait de prononcer son discours. 

Le FBI reste muet

L’ancien policier assure que la police new-yorkaise et le FBI ont tenu secrets certains aspects du dossier.

À l’issue de la conférence de presse de ce samedi, les trois filles de Malcolm X ont demandé au procureur de New York de reprendre l’investigation. Le bureau de Cyrus Vance Jr a fait savoir que la vérification du dossier était déjà en cours. La police a déclaré avoir remis toutes les pièces importantes. Le FBI n’a pas souhaité commenter ces nouvelles révélations. 

« L’enquête a été bâclée »

L’an dernier, une série documentaire diffusée sur Netflix, Qui a tué Malcolm X ?, était revenue sur les questions en suspens sur la culpabilité des deux hommes condamnés pour le meurtre, dont Thomas Hagan qui a reconnu avoir tiré. « L’enquête a été bâclée », écrivait en 2011 Tony Booza, un inspecteur de la police new-yorkaise.

Quelques jours avant son assassinat, rappelle le Guardian, Malcolm X avait déclaré à un journaliste que l’on cherchait à le tuer. Selon lui, il s’agissait de membres de Nation of Islam, l’organisation politico-religieuse de la communauté musulmane afro-américaine, dont il était le porte-parole. Sa maison dans le Queens avait été attaquée à coup de bombes incendiaires une semaine avant sa mort.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.