FACT : les rebelles tchadiens dénoncent “la fausse propagande de l’armée”




Les rebelles du Front pour le changement et le consensus au Tchad (FACT) affirment que “la victoire militaire annoncée” par l’armée tchadienne est une “fausse propagande”.

Le groupe rebelle dément avoir été vaincu par l’armée tchadienne lors des récents affrontements dans la province occidentale du Kanem.

Le 10 mai, l’armée tchadienne a annoncé qu’elle avait vaincu les rebelles et a fait défiler quelque 156 rebelles de FACT, dont des enfants combattants, dans la capitale, N’Djamena.

Le chef d’état-major de l’armée tchadienne, Abakar Abdelkerim Daoud, a annoncé lundi que les rebelles du nord ont été réprimés et appelé les habitants à reprendre une vie normale.

“Comme vous le savez sans doute, des rebelles ont fait une incursion sur notre territoire et nous avons répondu par une action militaire appropriée. Nous avons ramené les prisonniers de guerre et leur matériel. Nous avons nettoyé toutes les zones où ils se sont infiltrés et je peux vous garantir que l’ensemble du territoire est sécurisé. Nous demandons à la population de retourner à ses occupations normales et de profiter de la paix retrouvée. Notre pays est sécurisé grâce à Dieu”, se réjouissait-il.Cependant, dans une publication sur Facebook, les rebelles ont qualifié la victoire de l’armée de “propagande mensongère” et ont déclaré qu’ils disposaient de tout son arsenal et de ses équipements militaires “en bon état”.”Ses armes sophistiquées n’ont pas été détruites, notamment son système anti-aérien, et bien que quelques martyrs soient tombés sur le champ de bataille, tous ses cadres militaires et civils n’ont pas été tués”, ajoute le communiqué.

Crise majeure

Le conflit contre les rebelles basés en Libye a plongé le pays dans une crise.

Le président Idriss Déby est mort après avoir été blessé sur la ligne de front le mois dernier, selon la version officielle.

La prise de pouvoir militaire sous la direction du fils de M. Déby est condamnée par l’opposition et les groupes de la société civile, ce qui a entraîné des manifestations.

Un défilé de la victoire a eu lieu dans les rues de la capitale, N’Djamena, dimanche, dans le but de renforcer la popularité de l’armée tchadienne à un moment de grande incertitude dans le pays.

Des badauds ont applaudi dimanche le retour des soldats de la ligne de front dans un défilé de chars et de véhicules blindés.

Dans une base de l’armée, les journalistes ont pu voir des dizaines de personnes qui seraient des rebelles capturés.

Le Tchad est réputé pour avoir l’une des armées les mieux entraînées et les mieux équipées de la région du Sahel en comparaison avec les pays d’Afrique de l’ouest.

Il fait partie du “G5”, une organisation soutenue par l’Occident qui lutte contre les militants islamistes dans la région du Sahel.

En avril, un groupe rebelle, le Front pour le changement et la concorde au Tchad (Fact), a franchi la frontière entre la Libye et le Tchad pour s’opposer au président Déby.

L'armée a exposé des personnes qu'elle considère comme des rebelles capturés, ainsi que des armes confisquées.
Légende image,L’armée a exposé des personnes qu’elle considère comme des rebelles capturés, ainsi que des armes confisquées.

Il n’est pas clair si le Fact représente toujours une menace pour la junte militaire qui dirige actuellement le pays, et un porte-parole du groupe a déclaré ne pas être au courant de la fin des combats, rapporte l’agence de presse Reuters.

Comme le rapporte Will Ross de la BBC, le public a été informé il y a quelques semaines que le groupe rebelle avait été vaincu, avant que les combats ne reprennent.

Ces dernières semaines, des manifestations réclamant le retour à un régime civil ont été violemment dispersées par les forces de sécurité. Lors de la dernière manifestation en date, 10 personnes ont été blessées, dont une par balle, dans la capitale samedi.