Frontière sud des États-Unis : Joe Biden confie le dossier sensible des migrants à Kamala Harris




impact.sn

Momar DIENG

Le président américain a demandé mercredi à la vice-présidente de prendre en charge la gestion de la crise des migrants à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Il s’agit d’une «tâche difficile», selon lui.

  Le président américain Joe Biden a chargé mercredi la vice-présidente Kamala Harris de gérer le dossier sensible de l’afflux de migrants  à la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

  «Je vous confie une tâche difficile», a-t-il lancé lors d’une réunion à la Maison-Blanche, la vice-présidente à ses côtés. «Elle a accepté de mener cet effort diplomatique», a-t-il ajouté, évoquant les discussions avec le Mexique mais aussi le Salvador, le Guatemala et le Honduras, d’où sont originaires la plupart des mineurs qui se présentent aux États-Unis.

  «Il est indéniable que cette situation représente un vrai défi», a répondu cette dernière. C’est la première fois que Joe Biden confie à sa vice-présidente, toujours très présente à ses côtés, un dossier spécifique.

  Une délégation composée d’élus du Congrès et de responsables de la Maison-Blanche devait se rendre mercredi près de la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

  Mineurs isolés

  Cette délégation se rendra dans un centre d’accueil situé à Carrizo Springs, au Texas, a indiqué la Maison-Blanche, accusée par les républicains de refuser de prendre la pleine mesure de la crise à la frontière sud, avec en particulier l’arrivée de nombreux mineurs isolés.

  L’exécutif a précisé que le ministère de la Santé avait autorisé la présence d’une caméra lors de cette visite. «Le gouvernement Biden est très attaché à la transparence», poursuit le communiqué, assurant que les différents ministères impliqués dans la gestion de cette crise s’efforceront de faciliter l’accès des journalistes sur le terrain.

  «Zéro accès»

  Dans une tribune publiée dans le «Washington Post», le photographe John Moore, auteur d’un ouvrage sur la frontière entre les États-Unis et le Mexique, s’était indigné que l’on soit passé de «zéro tolérance» sous Donald Trump à «zéro accès» sous Joe Biden.

  «Le gouvernement actuel est arrivé avec une promesse de rendre la politique migratoire américaine plus humaine et plus transparente. Mais elle ne tient pas sa promesse sur ce deuxième point, et il est donc difficile de se faire une idée sur le premier», écrivait-il. (ATS)




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.