Guinée/Détention des responsables de l’UFDG : Cellou Dalein parle d’un “montage grotesque”




Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée -Ufdg- était l’invité ce matin de l’émission les GG d’Espace Fm. Cellou Dalein a été amené à s’exprimer sur la détention d’une bonne partie des responsables de son parti politique à la maison centrale. Sur la question, l’ancien Premier ministre dira : “ (…) Il y a un montage grotesque qui vise à éliminer un adversaire incorruptible et indomptable. À cause de ma capacité de mobilisation, du poids électoral, et la résistance dont a fait preuve. Aujourd’hui, Alpha Condé, le président de la république, et les candidats à sa succession veulent que l’UFDG soit neutralisé avant parce qu’il a vu comment on s’est organisé lors des [récentes] élections. Donc, maintenant, il faut coller un complot et faire un montage grotesque (…)”.

Son auto-proclamation ne serait-elle pas à la base des violences enregistrées à Conakry et dans certaines villes à l’intérieur du pays? Pour l’ancien candidat à la présidentielle du 18 octobre 2020 : “Il n’est pas interdit à un parti politique de donner les résultats qu’il a collectés (…) Ets-ce pour cela qu’il fallait tuer ceux qui manifestaient leur joie ?”, s’interroge Cellou Dalein.

Que pense-t-il des propos d’Alpha Condé tenus dans Jeune Afrique concernant l’arrestation des responsables de son parti et le manque de manifestation ? Le leader de l’UFDG réplique : “écoutez-moi! Je viens de l’intéreur du pays. Si demain, il n’y avait pas la crise sanitaire, et que j’appelais à une manifestation, vous allez voir deux millions de personnes. Les gens sont en prison, je vous dis qu’il y a un montage grotestque qui vise à éliminer l’UFDG des candidats à la succession. Alpha lui-même ne souhaite pas que l’UFDG lui succède. Il est en train de monter un complot et attribuer cela à l’UFDG”.

Le président de l’UFDG se dit ne pas être “libre. Ce n’est pas grave. Il y a quelque chose de plus grave. La détention arbitraire de Ousmane Gaoaul, Cellou Baldé, Abdoulaye Bah, Chérif Bah, Ismael Condé, Madic Sans frontières, Fonikè Mangué, Souleymane Condé et les autres anonymes. Non seulement on les arrête mais on les colle des infractions qui sont passibles de la peine capitale et de la dissolution du parti. On dit c’est pour “fabrication, détention et stockage d’armes de guerre et avec atteinte à la sûreté de l’Etat”. C’est absolument faux, cela ne repose sur rien sauf sur la volonté d’Alpha Condé.”

D’ailleurs, en ce qui concernce leur convocation, Cellou Dalein rappelle que “ce sont les avocats [de l’UFDG] qui sont allés négocier les convocations des personnes citées ci-haut. Et lorsqu’ils ont reçu les convocations, Cellou Baldé était à Labé, il a décidé de venir répondre parce que dit-il, il ne se reproche de rien. Ça c’est un complot qu’Alpha Condé veut organiser . C’est dans le cadre d’éliminer un adversaire rédoutable qui a fait preuve d’une résistance qu’il n’a pas pardonné”.

Mais constate Cellou Dalein “(…) Les avocats se sont rendu compte qu’il n’y a pas de justice. La délinquence électorale, c’est d’abord commencer par tripatouiller et instrumentaliser la justice y compris le juge électoral. Alpha est dans ce cette situation”.