Guinée : lancement à Conakry des travaux du “Guinée Business Forum”




on avec le secteur privé, et la Société Financière Internationale (SFI), a procédé à l’ouverture des travaux du “Guinée Business Forum (GBF)” ce mercredi, 17 mars 2021, dans un réceptif hôtelier.

Cet important événement a été présidé par le premier ministre, chef du Gouvernement, Dr Ibrahima Kassory Fofana. Cet atelier a réuni des membres du gouvernement, les membres du comité de pilotage du GBF, des partenaires techniques et financiers, et l’ensemble des parties prenantes impliquées dans le processus d’opérationnalisation des reformes entreprises dans le cadre du GBF. On notait la presence des ministres de l’industrie et des PME, Tibou Kamara, du Budget, Ismael Dioubaté, de l’Economie et des Finances, Mamadi Camara, du Plan et du Développement Economique, Mama Kany Diallo.

L’objectif général du “Guinée Business Forum (GBF)” est d’assurer l’amélioration du climat des affaires et de la compétitivité des entreprises par une action concertée entre secteur public et privé, selon le comité de pilotage de ces activités. Au cours de cette première réunion, le comité de pilotage, composé d’acteurs issus des secteurs public et privé et des partenaires techniques et financiers ont planché sur le lancement de la révision du code des investissements, et l’opérationnalisation du décret D/2019/263/PRG/SGG portant sur le contenu local.

La ténue d’un cadre de dialogue renforce la confiance entre les pouvoirs publics et le secteur privé dans la transparence, et c’est un vœu du président de la République qui est en train de se réaliser, a fait savoir le ministre de l’industrie et des PME. Pour Tibou Kamara, le processus engagé augure des perspectives prometteuses.

“Ce processus conduira à des réformes favorables, à l’amélioration du climat des affaires et la transformation structurelle escomptée de l’économie guinéenne et avec l’implication de tous les acteurs de notre économie. L’opérationnalisation du GBF se fait avec l’appui technique et financier de la société financière (SFI). Le ministère de l’industrie est fortement engagé dans la dynamique du président de la République le gouverner autrement. Cela passe aussi par des initiatives innovantes, un dialogue franc et sincère entre les acteurs publics et privés », a indiqué le ministre d’Etat Conseiller Personnel du Chef de l’Etat.

Par ailleurs, a-t-il souligné, le secteur privé guinéen ne cesse d’être confronté à d’innombrable défis qui l’empêchent de jouer pleinement son rôle de moteur de croissance économique. Pour lever ces obstacles, le gouvernement guinéen sous la clairvoyance du Président de la République, entend promouvoir le dialogue public privé et faire du GBF une plateforme de concertation avec le secteur privé mais également de mise en œuvre des politiques publiques, a précisé Tibou Kamara, ministre de l’Industrie et des PME.

L’identification des modalités d’application du décret sur le contenu local, la présentation des axes et étapes de réformes du code des investissements, sont principalement les résultats attendus à l’issue des travaux de cette première reunion.

Pour Madame Diallo Mariama Ciré Sylla, responsable du programme amélioration du climat des affaires pour la société financière internationale en Guinée, le “Guinée Business Forum” est l’expression de la volonté politique du Gouvernement guinéen à donner une forte place au dialogue public et privé dans la conduite des réformes nécessaires au développement du secteur privé en République de Guinée.

Ainsi, déclare-t-elle, le “Guinée Business Forum” permettra de générer un consensus et une vision commune sur les thématiques relatives au développement du secteur privé, faire un diagnostic inclusif des principales contraintes à l’essor du secteur privé et appuyer la mise en œuvre les réformes et interventions politiques qui permettront d’éliminer ces barrières.

« Le dialogue privé public offre aux parties prenantes des secteurs public et privé l’opportunité d’identifier les contraintes au développement du secteur privé et de proposer des solutions dans un cadre inclusif et structuré. Il s’agit d’un outil ainsi que d’un processus qui renforce la transparence et à la durabilité autour des réformes améliorant le climat d’investissement, stimulant la croissance et créant des emplois pour le pays », a mentionné Mariama Ciré Sylla. La représentante de la SFI (société financière internationale) a aussi ajouté que le « GBF joue également un rôle unique en tant que plateforme d’innovation et d’apprentissage dans laquelle il y a de nouvelles opportunités de type gagnant-gagnant par tous les protagonistes » a-t-elle cité.

Dans son discours d’ouverture, le premier ministre guinéen Ibrahima Kassory Fofana, a indiqué que l’organisation de ce cadre d’échanges entre le Pouvoir public et le secteur privé en cette période de crise sanitaire mondiale aux conséquences planétaires est une nécessité impérieuse.

« Dans le contexte actuel de bouleversement des systèmes productifs et de l’activité économique de manière générale en raison de la Covid-19, la nécessité d’un cadre de dialogue structuré public et privé est plus que pertinente. Elle est rendue impérieuse pour renforcer la résilience de l’économie. Ce dialogue est indispensable en effet pour mieux cerner les obstacles, repérer les opportunités et concevoir les interventions pour l’amélioration significative de l’environnement des affaires et la promotion d’un meilleur développement du secteur privé. L’objectif c’est d’aider le secteur privé à se développer. Nous, en tant que gouvernants nous ne sommes des créateurs de richesses. Notre rôle se limite à la facilitation pour que le secteur privé créateur de richesse, crée les richesses », a déclaré Kassory Fofana tout en précisant que la ténue de ce forum est arrivée au bon moment.

De son côté, le représentant du secteur privé, M. Ansoumane Kaba, 2ème vice-président du conseil national du patronat de Guinée, dans son allocution, a réitéré au premier ministre l’assurance de leur ferme volonté à s’engager dans ce dialogue public privé.

Pour rappel, le “Guinée Business Forum” a été adopté lors de l’atelier du dialogue public privé organisé par le Groupe de la Banque Mondiale, le 30 avril 2014. Le GBF est dirigé par un comité de pilotage présidé par le chef du gouvernement. Les deux vice-présidences sont assurées par le ministre d’industrie et des PME et par le conseil national du patronat de Guinée (CNPG), désigné consensuellement par l’ensemble du patronat. Les membres du GBF sont issus de l’administration publique, du secteur privé et de la société civile. Cette plateforme est dotée d’un secrétariat permanent qui est chargé d’assurer le suivi et la mise en œuvre des réformes et décisions du comité de pilotage.