Guinée/Répression des manifestants à Kouroussa : plusieurs cases incendiées par les renforts venus de Kankan




En plus des morts et des blessés enregistrés le weekend dernier dans la ville de Kouroussa lors de la violente répression des forces de l’ordre contre les citoyens qui manifestaient contre l’expropriation d’une zone minière dont ils sont victimes, d’autres bavures auraient été commises sur place dans par les renforts (des militaires) venus de Kankan pour prêter main forte aux agents (policiers et gendarmes) qui étaient sur le terrain. On accuse ces militaires de vol, de destruction de biens et d’incendie volontaire de plusieurs cases dans le quartier Komaniko, dans la commune urbaine de Kouroussa.

Selon des informations confiées à Guineematin.com, au moins une vingtaine de cases et leurs contenus ont été calcinés dans des incendies provoqués le samedi dernier par ces renforts venus de Kankan.

« Les militaires sont venus chez nous, ils ont brulé 4 cases et pris 4 téléphones. Ensuite, ils ont endommagé la voiture de mon fils qui était garée là. Nous demandons d’être rétablis dans nos droits », a sollicité Boh Satan Kourouma, une des victimes de cette barbarie.

De son côté, N’Gnouma Traoré, vendeuse de carburant sur le marché noir, dit avoir perdu au moins 50 millions de francs guinéens lors de l’assaut des militaires dans son quartier.

« Nous on a perdu 50 millions de francs guinéens. Cet argent a été emporté par les militaires qui ont pris d’assaut le quartier. Ce montant constitue mon capital, le capital de mon père qui a une pharmacie. Ils ont pris aussi l’argent de nos clients qui étaient gardé à notre niveau », a accusé cette handicaper qui vit des revenus de son carburant.

Egalement, joint au téléphone par Guineematin.com, Mamady Bayo, le directeur de la radio Djoliba Fm de Kouroussa et résident au quartier Komaniko, dit avoir compté au moins 19 cases incendiées dans son quartier.

« C’est dans mon quartier à Komaniko que moi même j’ai compté au moins 19 cases incendiées. Et, des citoyens qui m’ont confié qu’on a volé leurs machines détectrices d’or chez eux. Au fait, des militaire qui ont ouvert feu sur ces cases et maisons à travers des tirs en balle réelle », a témoigné notre confrère.

Pour rappel, de nombreux citoyens de Kouroussa sont descendus dans la rue hier, pour protester contre « l’expropriation » d’une zone minière -qui était exploitée par des orpailleurs locaux- au profit d’une société minière ‘’Kouroussa Gold Mining. Les manifestants ont érigé des barricades sur la route nationale Kouroussa-Kankan pour empêcher la circulation. Ils ont également attaqué et vandalisé les résidences du préfet et du maire de Kouroussa. Mais, l’intervention musclée des forces de l’ordre sur place a coûté la vie à deux morts par balles et plusieurs blessés.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.