Nigeria : Twitter supprime un post “dérangeant” du président Buhari




Twitter a supprimé le tweet du président Muhammadu Buhari dans lequel il promettait de traiter “ceux qui se comportent mal dans la langue qu’ils comprennent”.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a présidé mardi une réunion avec les responsables de la Commission électorale nationale indépendante (INEC), qui lui ont signalé des attaques contre les installations de l’institution. 

Beaucoup de ceux qui se comportent mal aujourd’hui sont trop jeunes pour être conscients de la destruction et des pertes de vies qui ont eu lieu pendant la guerre civile du Nigeria. Ceux d’entre nous qui sont restés sur le terrain pendant 30 mois et qui ont traversé la guerre vont les traiter dans la langue qu’ils comprennent“, a lâché le président, ses propos ont été postés sur sa page officielle.

Je reçois quotidiennement des rapports de sécurité sur les attaques, et il est très clair que ceux qui sont derrière veulent que cette administration échoue“, a déclaré Buhari dans un tweet ultérieur qui a été épargné.

Twitter a supprimé le post mercredi, à la suite d’une condamnation générale au Nigeria.

Ce tweet a violé les règles de Twitter, a déclaré le site de microblogging.

Je recommande que Twitter supprime le tweet de M. Buhari qui est un appel à une guerre civile dans le sud-est du Nigeria. “C’était un tweet des plus irresponsables“, a déclaré l’utilisateur Reno Omokri. “Mais s’il vous plaît, ne vous arrêtez pas là. Supprimez son compte“, a-t-il ajouté. “Prenez ce tweet très au sérieux. Il y a une #Igbophobie institutionnalisée” , a déclaré un autre utilisateur nommé FS Yusuf.

Une série d’attaques armées contre des installations gouvernementales et sécuritaires dans le sud-est du pays a coûté la vie à au moins 126 personnes. Abuja a imputé ces violences aux Peuples indigènes du Biafra (IPOB), un mouvement séparatiste qui milite pour l’indépendance du peuple biafrais.

Lundi, des manifestations ont été organisées dans le sud-est du Nigeria en souvenir aux victimes. Plus d’un million de personnes avaient péri en raison de la guerre et de la famine dans les années 1960.

Dans les régions du nord et du centre du pays, les attaques de groupes armés et les enlèvements d’écoliers se sont multipliés, et les voix critiquant le piètre bilan du président Buhari en matière de sécurité se font de plus en plus entendre.

Twitter est suspect

Le ministre de l’Information Lai Mohammed a accusé Twitter de faire deux poids deux mesures lors d’une conférence de presse.

La mission de Twitter au Nigeria est très, très suspecte. Twitter a-t-il supprimé les tweets violents envoyés par Nnamdi Kanu ? “, s’est interrogé Lai Mohammed.

Kanu est le chef de l’IPOB exilé en Israël.

Lorsque les gens brûlaient des postes de police et tuaient des policiers pendant #ENDSARS, pour Twitter, il s’agissait du droit de manifester. Mais lorsqu’une chose similaire s’est produite au Capitole, il s’agissait d’insurrection, a déclaré M. Mohammed.

Les réseaux sociaux américains ont banni l’ancien président américain Donald Trump de leurs plateformes après l’avoir accusé de répandre des faussetés et d’avoir incité la foule qui a attaqué le Capitole en janvier.

Aprnews avec Africanews




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.