AFFAIRE DES DANSEURS DE WALLY : « MES CLIENTS N’AVAIENT PAS CONSCIENCE DE HEURTER »




Me Abdou Dialy Kane, avocats des danseurs de Wally Seck, juge le réquisitoire du Procureur “extrêmement sévère”. La robe noire reste, toutefois, optimiste, arguant que ses clients, Amady Badiane et Mouhamed Samb alias Ameth Thiou, “n’avaient pas conscience de heurter la morale publique.”

“En dépit de la sévérité des réquisitions du ministère public, je suis convaincu que le Tribunal va rendre une décision qui sera comprise et acceptée de tous. Je n’ai pas peur par rapport à la peine qui a été demandée par le ministère public. Parce que je considère que l’élément important dans ce dossier consiste à voir si les prévenus au moment de poser cet acte qui est aujourd’hui incriminé, est-ce qu’ils avaient conscience qu’ils allaient heurter la morale publique ? C’est ça l’élément fondamental. Et je considère qu’ils n’avaient pas conscience de heurter la morale publique, par ce geste anodin, déplacé certes mais qui n’a aucune connotation sexuelle. C’est la raison pour laquelle, j’ai espoir que le Tribunal va comprendre la défense en rendant une décision qui sera comprise et acceptée de tous”, a réagi le conseil à la fin du procès.

Le verdict est attendu le 6 juillet prochain.

Les danseurs du chanteur Wally Seck, Amady Badiane et Mouhamed Samb alias Ameth Thiou, poursuivis pour outrage public à la pudeur et acte impudique, après avoir échangé un bisou sur scène, le 12 juin dernier, lors du concert de Wally Seck à l’esplanade du Grand-Théâtre, risquent deux ans dont six mois d’emprisonnement ferme, d’après le réquisitoire du Procureur.

Les faits, selon le parquet, sont graves et ternissement l’image du Sénégal, tandis que les prévenus continuent de les nier. A la barre, ce mardi, 29 juin, ils ont évoqué une comédie musicale, parodiant les artistes Burkinabé Siriki et Souké.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.