Me Ndeye Fatou Touré, avocate: «Pourquoi Madiambal Diagne a été puni de manière exemplaire»




Les avocats du patron du journal Le Quotidien, Madiambal Diagne n’excluent pas d’interjeter appel. Ce, à la suite de la décision rendue, ce jeudi 17 juin, par le tribunal correctionnel de Dakar. Lequel a condamné le journaliste à 3 mois ferme pour le délit de diffamation au préjudice du président de l’Union des magistrats sénégalais (UMS), le juge Souleymane Téliko. Mais pour les conseils de ce dernier, le droit a été dit dans ce dossier.

«C’est une décision qui est juste. On ne peut pas s’amuser avec un organe de presse, à travers l’effet boomerang avec les revues de presse entre autres, avec l’honneur, la dignité et la considération des gens. Surtout de personnes qui se sacrifient nuit et jour pour faire en sorte que notre Etat de droit, notre indépendance judiciaire puissent être sauvegardés et renforcés au plan institutionnel mais également dans la pratique de tous les jours », a fait savoir Me Ndèye Fatou Touré. Elle explique que déjà, être président de l’Union des magistrats est un sacerdoce, un sacrifice. « Téliko est constant depuis le début de sa carrière dans cette ligne qui consiste à être impartial, indépendant, honnête et à rendre au peuple sénégalais ce qui lui revient. Ce n’est déjà pas facile, et ce n’est pas donné à tout le monde », dit-elle.

« (…) l’acharnement avec lequel Madiambal Diagne s’est mis à faire des articles, des publications qui ont parcouru le monde sur le juge Teliko, en tant qu’acteur judiciaire (le coupable) de prime abord, c’est particulièrement vil »

A l’en croire, Madiambal Diagne a diffamé un Sénégalais respectable. «Un Sénégalais qui, historiquement, est en train de mener une bataille pour le peuple sénégalais au nom duquel la justice est rendue. Donc, quand on fait cette diffamation, on doit être puni de manière exemplaire », souligne la robe noire.

Me Ndeye Fatou Touré d’expliquer que le tribunal s’est conformé à la vérité tout court. «Et la vérité est que le juge, notre client, Souleymane Téliko a véritablement été victime d’une diffamation. C’est-à-dire qu’on lui a imputé et on a allégué des faits qui sont totalement faux et qui ne sont absolument pas conformes à la réalité. Tout ceci dans le but de porter atteinte à son honneur, à sa considération, à sa dignité. Vous avez vu l’acharnement avec lequel Madiambal Diagne s’est mis à faire des articles, des publications qui ont parcouru le monde sur le juge Teliko. En tant qu’acteur judiciaire (le coupable) de prime abord, c’est particulièrement vil ». Avant de laisser entendre: «C’est la raison pour laquelle le Tribunal n’a fait que dire le droit en le déclarant coupable des faits de diffamation, l’a condamné à 500.000 F CFA d’amende, à trois mois d’emprisonnement ferme et à publier la décision à ses frais sous astreinte de 100 000 F CFA, par jour de retard, dans les journaux de la place ».

Madiambal Diagne doit également payer au juge Souleymane Teliko la somme de cinq (5) millions de F CFA de dommages et intérêts avec l’exécution provisoire et la contrainte par corps.