Propos “désobligeants” sur Serigne Touba : Le procureur met le feu au Tribunal de Diourbel




Les affaires inscrites au rôle au Tribunal de grande instance de Diourbel n’ont pas été toutes vidées ce mardi 1 juin. Alors qu’il était question de juger un litige foncier, le procureur de Diourbel, s’adressant à une des parties, a tenu des propos extrêmement graves qui ont fini par mettre le tribunal sens dessus dessous.

En effet, Me Abdoulaye BABOU, qui a débarqué dans les locaux du groupe Wal Fadjri à Mbacké, est revenu sur cette affaire qui secoue la capitale du Baol.

“Je donne son nom pour que tout le monde le connaisse. Le procureur Seydou DIAO a tenu des propos désobligeants voire insultants sur Serigne Touba. Des propos tellement graves que je n’ose pas les reprendre ici. Jamais je ne les reprendrais”, a déclaré l’ancien député.

Selon Me BABOU, après ces propos extrêmement graves du représentant du ministère public, l’audience a fini en queue de poisson. “Il ya des témoins ici, je me suis levé pour lui dire : Monsieur le procureur, vous n’avez pas le droit de tenir de tels propos sur Serigne Touba. Mais, vous savez ce qu’il m’a répondu : “ma tey””, narre l’avocat. “Il (le procureur , ndlr) a ajouté qu’il persiste et signe dans ses déclarations. Je l’ai dit et je le répète. Je n’en retire aucun mot, m’a-t-il rétorqué”, poursuit Me BABOU. Selon lui, c’est alors que les choses ont dégénéré. “Je me suis alors débarrassé de ma toge pour mettre mon boubou de talibé. J’ai interpellé l’assistance pour prendre à témoin ceux qui étaient dans la salle du tribunal qui ont également étalé leur colère”, indique-t-il.

Ainsi, le tribunal d’habitude si calme entre ébullition. Pendant que certains entraient en transe, d’autres cherchaient à s’en prendre physiquement au Procureur.

Selon Me Abdoulaye BABOU, c’est en ce moment que le président du tribunal est entré dans la danse en s’en prenant lui-également au maître des poursuites. Il s’ensuivit, si l’on en croit, un échange musclé entre les deux hommes.

Le procureur a finalement été exfiltré par les forces de l’ordre qui ont investi les lieux.

Affaire à suivre




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.