Encore des milliards dans les eaux




L’Etat du Sénégal est à la recherche d’une centaine de milliards en plus d’un financement de 80 milliards déjà octroyé par la Banque mondiale. La somme vise à compléter le budget du plan décennal de lutte contre les inondations (2012-2022). Huit ministres ont, à cet effet, fait face aux députés hier, lundi 28 juin, lors de la séance plénière de l’Assemblée nationale pour expliquer ses milliards encore engloutis dans les eaux. Sans toutefois parvenir à arrêter l’hémorragie.

En plus des milliards dans les égouts avec l’ Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS), d’autres continuent à être engloutis dans les eaux. C’est ce que ressort de la restitution des conclusions de la mission d’information initiée par l’Assemblée nationale, après les pluies diluviennes de septembre dernier et présentée hier, lundi 28 juin, lors de sa séance plénière.

A cette occasion, le ministre de l’eau et de l’assainissement, Serigne Mbaye Thiam, un des huit membres du gouvernement à avoir pris part à la rencontre a déclaré qu’«une partie du financement Progep (Projet de gestion des eaux pluviales) et d’adaptation au changement climatique 2 d’un montant de 83 milliards a été signé récemment». Il fait allusion à un financement de la Banque mondiale octroyé à l’Etat du Sénégal. Mieux, a-t-il ajouté, l’Etat est aussi à la recherche d’un autre montant. «La poursuite du plan décennal ne se limite pas aux 83 milliards. Le gouvernement a élaboré une requête de financement pour prendre un charge un certain nombre de plan directeur d’assainissement. Cette quête de financement est estimée à 176 milliards», a-t-il dit.

291 MILLIARDS DEPENSES EN 8 ANS POUR 51 PROJETS

Déjà, le ministre des finances et du budget, Abdoulaye Daouda revenant sur les réalisations de l’Etat du Sénégal dans la lutte contre les inondations a réaffirmé la somme annoncée dernièrement par le président de la République Macky Sall. «De 2012 à 2020 ce qui est directement passé par le budget de l’Etat sur la base de 51 projets identifiés est de plus 291 milliards», indique, Abdoulaye Daouda Diallo. Avant d’ajouter, «ce montant n’inclut pas tous les investissements qui sont réalisés par les structures autonomes qui ont des budgets autonomes pour lesquelles, le ministère des finances n’a pas vocation à savoir ligne par ligne quelles sont les dépenses effectuées. Le total de ces montants plus la somme décaissée par l’Etat fait plus de 511 milliards, le montant dépensé du programme national de lutte contre les inondations».

Comme l’a indiqué Serigne Mbaye Thiam, Abdoulaye Daouda Diallo lui aussi estime, « le gouvernement est sur sa lancée pour aller chercher ce montant de 766 milliards qui est le montant estimé du plan décennal de lutte contre les inondations pour la période 2012 à 2022». Le ministre des collectivités territoriales, du développement et de l’aménagement des Territoires et porte-parole du gouvernement, Oumar Gueye, après avoir annoncé que la première phase du Projet de gestion des eaux pluviales a couté 60 milliards, signale d’importantes réalisations de son second volet, sont en phase d’urgence à Keur Massar. Pour ce faire, il signale que 15 milliards ont été dégagés par l’Etat du Sénégal.

Les travaux qui devraient durer une année, ont été réalisés sur cinq mois, a dit Oumar Gueye tout en saluant la performance des entreprises contractées. Il souligne dans ce sens que «toutes les dispositions nécessaires ont été prises pour que Keur Massar ne soit pas inondé cette année». Des canalisations pour des quartiers de Keur Massar Aïnoumady, Darou Rahmane, Sant Yalla, Cité Mame Dior et Camille Basse, la construction de bassin de rétention dans la forêt de Mbao et le système de pompage aux parcelles assainies sont les actions initiées.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.