«Pourquoi nous nous méfions de la procédure de test Adn»




Président du mouvement national des cadres patriotes (Pastef), Bassirou Diomaye Faye ne cache pas leur méfiance vis-à-vis du test Adn évoqué dans l’affaire du viol présumé, dans laquelle est accusé Ousmane Sonko. Il s’est expliqué lors du Grand jury de la Rfm sur cette méfiance.

«Ce n’est pas une questions de confiance en la gendarmerie. C’est que quand quelque chose doit servir de référence, l’autre partie, qui peut être amenée à faire de la contre-expertise, doit détenir un échantillon du prélèvement initial. Est-ce que cela a été fait devant les avocats du président Ousmane Sonko ? Jusque-là non.

Autre chose,  cette histoire d’Adn je vous invite à en discuter avec les spécialistes. On peut tout faire quand vous avez des substances  d’un individu. On peut tout faire. C’est totalement possible une manipulation. Le président Ousmane Sonko a donné de son sang cette année. Quand il a appelé au don de sang il a donné l’exemple en donnant de son sang. Il contient l’Adn du président Ousmane Sonko. Même le salon dans lequel il s’est fait masser, il suffit d’un cheveu, d’une salive ou  de la sueur pour retrouver un Adn. 

S’il est absolument impossible de manipuler l’Adn, n’importe quelle personne peut se soumettre facilement à un test Adn et se dire qu’elle va faire sa contre-expertise. Mais s’il est possible de manipuler un Adn en ayant à sa disposition des cheveux, de la salive, des larmes, de la sueur ou du sang, comme le président Sonko a eu à en donner cette année, vous comprendrez avec moi que l’on puisse se méfier de cette procédure de test et des résultats qui peuvent en découler.»




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.