Vaccins anti-Covid-19: « Il ne faut pas uniquement tenir en compte du critère d’efficacité », selon Dr Amadou Sall (Institut Pasteur)




Le Docteur Amadou Sall, administrateur de l’Institut Pasteur de Dakar, recommande de tenir en considération plusieurs critères dans le choix des vaccins et de n’écarter aucune option. Il était l’invité, le dimanche 24 janvier 2021 de l’émission ou « Point de vue » de la RTS.

L’administrateur de l’Institut Pasteur de Dakar, le docteur Amadou Sall, a recommandé de prévoir plusieurs scénarii en matière d’acquisition de vaccins anti Covid-19. Pour lui, il ne faut pas se faire de fixation sur le taux d’efficacité d’un vaccin. Ce critère ne doit pas être un déterminant de référence lors des choix. « Il faut voir la durée de l’efficacité d’un vaccin. Nous pouvons avoir une efficacité de 90 % avec une durée de deux mois et avoir un autre vaccin avec un taux d’efficacité de 70 % avec une durée d’efficacité de deux ans », a relevé le praticien de santé.

Le praticien de santé, qui était l’invité de l’émission « Point de vue » de la RTS, du dimanche 24 janvier 2021, a émis quelques suggestions sans trancher sur le choix. « Il nous faut idéalement un vaccin en conformité avec notre système sanitaire. Il faut penser à des conditions simples de conservation et de déploiement. Aujourd’hui, tous les vaccins sont des candidats raisonnables pour le Sénégal », a déclaré le virologue. Dans la foulée, il a reconnu que le vaccin AstraZeneca s’apprête le mieux pour le Sénégal, car exige moins de conditions pour sa conservation, en plus, son coût est plus accessible. Mais pour lui ces conditions de conservation ne doivent pas limiter les options du Sénégal. « Il faut penser au dispositif de conservation et de déploiement ; la logistique. A l’Institut Pasteur, nous pouvons conserver les vaccins à moins de 80° Celsius, d’autres structures peuvent le faire à d’autres degrés. Sur le choix, je ne peux pas être formel. Le dernier mot revient aux autorités et encore, c’est une question de négociations entre l’acheteur et le commerçant », a nuancé le docteur Amadou Sall.

D’une manière générale, il ne fait pas de doute sur l’efficacité de ces vaccins fabriqués en moins d’un an ; même si traditionnellement, il faut au moins plus de 4 ans. Il fonde son argumentaire sur les essais qui ont touché 80.000 personnes pour certains vaccins et aussi l’obtention de l’autorisation de mise sur le marché qui est un processus rigoureux. « Tous ces vaccins sont approuvés après un processus rigoureux. Il faut se donner les moyens de dire à nos populations que la vaccination est une option à considérer », a préconisé le Dr Sall qui a invité les populations à continuer à respecter les mesures barrières ; car tout le monde ne sera pas vacciné à temps.