Base logistique pétrolière et terminal gazier : Les deux contrats de concession attribués au privé national




En perspective de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières, deux concessions portuaires ont été attribuées au secteur privé national. Il s’agit d’un terminal de supports logistiques d’activités portuaires et d’un terminal de gaz liquéfié. Les contrats ont été signés, jeudi, entre le Port de Dakar et le consortium, en présence du Chef de l’État. 

Le processus a pris du temps, mais les enjeux en valaient l’attente. Comme l’avait souhaité le Président Macky Sall, le terminal de soutien logistique aux plateformes d’exploitation pétrolière ainsi que le terminal de gaz naturel liquéfié, tous logés au Port autonome de Dakar, ont été confiés à des privés sénégalais. Le premier terminal sera géré par la société d’exploitation « Sénégal supply base » (Sbb), détenue par un consortium 100 % sénégalais dénommé « Coseni » (Consortium sénégalais d’investissement) constitué d’une vingtaine d’entreprises réunies autour de sept groupements. Le deuxième terminal a comme concessionnaire le groupe pétrolier sénégalais Elton. La signature de ces conventions de concession entre le Port autonome de Dakar et ses acteurs a eu lieu, le jeudi 18 mars, au Palais de la République, en présence du Chef de l’État. Cette décision du Gouvernement est d’une grande portée dans la mesure où, actuellement, toutes les concessions au Port autonome de Dakar sont entre les mains de partenaires étrangers.

À quelques exceptions près, les bénéficiaires de ces deux nouvelles concessions sont des opérateurs sénégalais déjà présents sur la plateforme portuaire de Dakar ; ce qui, en soit, est un avantage, comme nous le confiait, il y a cinq mois, le Directeur général du Port de Dakar. « Ce sont des gens qui connaissent le secteur et ils seront dans leur métier traditionnel (…) », expliquait alors Aboubacar Sedikh Bèye.

Ces concessions de longue durée accordées au privé national constituent, sans nul doute, un grand pas dans la mise en œuvre du contenu local dans le secteur du pétrole et du gaz cher au Chef de l’État et qui a fait l’objet d’une loi en 2019. Pour répondre aux critères d’adjudication, le Président Macky Sall avait demandé au patronat sénégalais de se regrouper. Ce que le privé national a fait à travers ce consortium. En effet, la concession de la base logistique faisait l’objet de beaucoup de convoitises. Au départ, l’adjudicataire devait être constitué de 60 % de capitaux sénégalais et 40 % de capitaux étrangers. Mais, en cours du processus, le Président de la République a instruit le Directeur du Port de chercher un groupement 100 % sénégalais comme concessionnaire, lequel, à son tour, pourra trouver un partenaire technique. La base logistique de soutien aux plateformes d’exploitation, installée au môle 1, aux postes 12-13-14, sur trois hectares, sera le terminal de départ et d’arrivée (sauf le pétrole et le gaz issu de l’exploitation), de tout ce que les plateformes pétrolières et gazières en mer auront besoin. Autrement dit, elle sera le pendant terrestre des plateformes en mer. Une belle occasion pour le patronat sénégalais de jouer davantage son rôle dans la création d’emplois.

Elhadji Ibrahima THIAM

MACKY SALL

« Le contenu local est la voie royale pour créer des champions nationaux »

Après plus de 150 ans d’existence et 13 ans suite à la première concession au Port autonome de Dakar, la base logistique pétrolière réunit, pour la première fois, des investisseurs et acteurs locaux qui portent le projet. Il s’agira d’une modernisation du plateau technique avec un programme d’investissement conséquent de près de 10 milliards de FCfa ainsi qu’un transfert de compétences qui sera opéré avec un partenaire stratégique, lequel va accompagner le démarrage du projet. Le Président Macky Sall y voit la concrétisation du contenu local. « Le contenu local est la voie royale pour créer des champions nationaux qui vont porter l’ambition politique du Sénégal et répondre aux aspirations de notre jeunesse tout en relevant les défis de notre économie », a-t-il dit dans son discours de circonstance. Ainsi, il a tenu à magnifier l’initiative du secteur privé national qui a relevé le défi de l’investissement en mettant en place ce consortium pour opérer la base logistique pétrolière et le terminal de gaz naturel liquéfié auquel pourra accéder toute forme de navire en escale à Dakar. Ceci va contribuer significativement au développement de la chaîne de valeur gazière au Sénégal et dans la sous-région.

Elh. I. THIAM

TERMINAL GAZIER

Le Groupe Elton investit 70 milliards de FCfa

C’est donc le Groupe Elton qui sera le concessionnaire du terminal gazier au Port autonome de Dakar. En investissant dans ce projet, l’entreprise pétrolière sénégalaise « ambitionne d’être un acteur important dans le passage de l’électricité au gaz en lieu et place du fioul, du gaz, etc. », a dit son Président, Abderrahmane Ndiaye, lors de la cérémonie de signature de la concession.

Le projet consiste en la réalisation d’un terminal gazier pour la réception, le stockage, la regazéification et la distribution de gaz naturel liquéfié d’une capacité de 140 000 m3 en plusieurs phases. Le tout pour un coût de 70 milliards de FCfa financé par Elton. « L’objectif du terminal gazier sera de donner une solution logistique en fournissant du gaz naturel liquéfié aux utilisateurs que sont : les producteurs d’énergie, les industries, les cimenteries, les miniers, les navires fonctionnant avec du Gnl, les pays limitrophes », a-t-il précisé. Ainsi, outre les économies réalisées par les acteurs, « le terminal gazier permettra la sécurisation de la fourniture d’énergie par une offre complémentaire au projet de pipeline de gaz venant du nord, en plus de la création d’une nouvelle chaîne de valeur gazière au Sénégal avec la création de milliers d’emplois directs et indirects », a ajouté Abderrahmane Ndiaye. À l’en croire, la réalisation de ce terminal gazier dotera le Port autonome de Dakar d’une infrastructure unique en Afrique de l’Ouest et centrale. « En effet, ce serait le premier Port pouvant accueillir des navires utilisant le Gnl comme combustible ; ce qui lui donnera un avantage concurrentiel de taille par rapport aux autres ports de la sous-région », s’est-il félicité non sans remercier le Chef de l’État pour avoir décidé de mettre le privé national au cœur de la réalisation de ses projets.