Règles douloureuses : À la découverte de la plus grande peur des jeunes filles




Le stade de la puberté est l’étape qui marque la transition entre l’enfance et l’âge adulte. Chez les jeunes filles, cette étape se particularise avec l’arrivée des règles. La plupart des filles ont leurs règles à partir de 11 ans.

Appelées aussi menstrues, les règles entrent dans un cycle dénommé cycle menstruel et en sont la troisième partie, après la phase d’ovulation et celle prémenstruelle.
Durant cette période, la muqueuse de l’utérus quitte le corps par le vagin sous forme d’un liquide rouge contenant du sang, et représente un volume d’environ 60 ml.

Ce moment devient de plus en plus redoutable pour bon nombre de jeunes filles. Et pour cause ! Les douleurs qui accompagnent cette période deviennent insoutenables. Et rares sont celles qui n’en sont pas victimes.

«Ce moment est juste terrifiant. Je souffre énormément. J’en arrive même à médire le fait d’être une femme», explique Adji, une jeune femme célibataire de 27 ans. Un sentiment partagé par Néné, 26 ans : «Le premier jour, je souffre énormément ; j’ai des crampes au ventre accompagnées de maux de tête.»

Charlotte, de son côté, ne cache pas son désenchantement. «Cela ne m’enchante guère, parce que je sais c’est parti pour une semaine de douleurs et j’ai mal surtout au niveau du bassin et des pieds».

Il faut savoir que les douleurs au moment des règles sont «normales», a renseigné le gynécologue, le docteur Abdoulaye Diop. «Dans la majeur partie des cas, les règles douloureuses sont naturelles, parce qu’il s’agit de la contraction de l’utérus qui est un muscle pour faire sortir le sang», souligne-t-il.

L’anormalité intervient alors au moment où ces douleurs persistent. «Si on se rend compte que ces règles deviennent de plus en plus douloureuses au fil des années et résistent même aux antidouleurs et surtout après l’accouchement, il pourrait s’agir de pathologies», a affirmé le Dr Diop. Ces pathologies peuvent avoir pour noms kyste, endométriose, fibrome, entre autres.

Ainsi, il est fortement recommandé de consulter un médecin, en cas de règles douloureuses persistantes.