SACCAGE DES STATIONS D’ESSENCE : LES SYNDICALISTES DU PÉTROLE INTERPELLENT LES “PATRIOTES”




Les saccages des stations d’essence de Dakar et de Bignona commis par les partisans de Ousmane Sonko lors des manifestations du 9 février dernier sont lourdement décriés par les syndicalistes du Pétrole. Lesquels, dans un communiqué de presse, attirent l’attention des sénégalais sur les conséquences qui pourraient découler de ces agissements. Estimant que les manifestants ignorent les effets, ils ont essayé d’expliquer la place de Total/Sénégal dans l’économie du pays.

Ainsi, les syndicalistes du pétrole renseignent que la société Total/Sénégal ne compte pas moins de 800 emplois permanents dans ses différentes unités de production en plus des 1600 salariés de ses stations-services à travers le territoire national. A ces emplois directs, s’ajoutent, selon le document de presse, des milliers d’autres indirects constitués de fournisseurs, de transporteurs d’hydrocarbures et autres prestataires. « 30% du capital de Total/Sénégal sont détenus par des citoyens sénégalais et la quasi-totalité du personnel est sénégalaise », ont informé les syndicalistes.

A les en croire, ces attaques mettent en péril la sécurité des populations et des biens, détruisent l’outil de travail, gagne-pain de milliers de travailleurs. « Détruire une station-service, c’est priver des familles de sénégalais de leurs ressources vitales, dans un pays en transformation où tout est à construire. Rien est à détruire », ont insisté les syndicalistes, indiquant dans la même foulée que rien ne peut justifier ces attaques qui privent de travail des milliers de paisibles citoyens




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.