Non-homologation du stade Lat-Dior : les explications tirées par les cheveux de la FSF




La honte ne tue décidément pas au Sénégal. Et ce n’est pas le communiqué publié sur la page Facebook de la Fédération sénégalaise de football qui dira le contraire. Au lendemain de la non-homologation du stade Lat-Dior de Thiès, nos compatriotes se déchainent pour tenter de comprendre le pourquoi d’une telle humiliation pour le football sénégalais.

La Fsf est sortie de son silence et a tenté d’expliquer le fond du problème. « Le stade de Lat Dior de Thiès est exclu des stades approuvés par la Confédération africaine de football (CAF) pour abriter les matchs des deux premières journées des éliminatoires de la Coupe du monde 2022 en juin. Par là, il faut comprendre que des travaux y sont entrepris depuis un certain temps : augmenter la capacité des toilettes des vestiaires, construire plus de toilettes pour les téléspectateurs, aménager une salle de conférence répondant aux normes internationales, aménager des sièges pour les spectateurs qui doivent être individuels, fixés séparés les uns des autres, moulés et numérotés, etc….

Au regard des dates de la 1ère et 2ème journée tous les travaux entrepris ne seront pas totalement terminés. Donc, par mesure de sécurité et de conformité, la CAF a jugé plus sûr de ne pas y tenir les rencontres » peut-on lire dans ledit communiqué. Comme si la FSF ne connaissait pas les dates des journées éliminatoires du Mondial et ne pouvait pas caler les travaux de mise aux normes du stade Lat Dior afin qu’ils soient prêts à temps !

Un communiqué qui confirme ce qui était redouté, l’obligation du Sénégal de trouver refuge auprès d’un autre pays pour accueillir le Togo. Heureusement que la CAF a permis indirectement au Sénégal de sauver la face en décidant de reporter les éliminatoires de la coupe du monde initialement prévus en juin. Me Augustin Senghor devra rentrer de sa tournée avec le président de la CAF, Patrice Motsepe, pour s’expliquer sur cette gangrène qui a plongé la première Nation africaine au classement de la FIFA dans le carré des cancres infrastructurels du continent africain.

Le Témoin