Une footballeuse lesbienne, violée et assassinée




Une footballeuse internationale, entraîneuse et future arbitre, Eudy Simelane a consacré sa vie à ce sport. Elle a été l’une des premières femmes ouvertement lesbienne à vivre dans son township de Kwa-Thema en Afrique du Sud et était une militante LGBT+ bien connue.

Mais à cause de sa sexualité, Simelane a été brutalement violée et assassinée en 2008, à l’âge de 31 ans seulement.

C’est l’histoire de sa vie et de l’impact que sa mort a encore sur la société sud-africaine.

“Elle était un diamant”

Simelane est née le 11 mars 1977, à Kwa-Thema, un township de la province du Gauteng, au sud-est de Johannesburg.

Son intérêt pour le football a débuté alors qu’elle n’avait que quatre ans, exigeant de son frère Bafana qu’il l’emmène toujours s’entraîner avec lui, bien que ce ne fût pas un sport couramment pratiqué par les femmes à l’époque.

La passion s’est vite transformée en dévouement, puisqu’elle perfectionnait quotidiennement ses compétences.

” À 5 heures du matin, elle [était] à la salle de sport – le football était son sport préféré et sa priorité “, s’est rappelé sa défunte mère Mally lors d’une conférence commémorative en 2016.

Surnommée “Styles” parce qu’elle était gauchère, la milieu de terrain Simelane a rejoint son équipe locale, les Kwa-Thema Ladies, aujourd’hui connues sous le nom de Springs Home Sweepers.

En 2018, son père Khotso a parlé à la BBC World Service de la popularité de Simelane sur le terrain : “Tout le monde venait au stade quand elle jouait, le numéro six”.

Springs Home Sweepers a produit un certain nombre de stars, dont Janine van Wyk, la footballeuse la plus capée d’Afrique du Sud et capitaine de l’équipe nationale, connue sous le nom de “Banyana Banyana”, qui signifie “les filles”.

Une illustration de la footballeuse Eudy Simelane, portant le maillot national de l'Afrique du Sud et tenant un ballon de football, sur fond rouge, jaune et noir

Simelane a joué plusieurs fois pour l’équipe nationale, a entraîné quatre équipes locales de jeunes et a voulu se qualifier pour devenir la première femme arbitre de son pays.

Militante pour l’égalité des droits et le changement social, elle a été l’une des premières femmes à devenir lesbienne en Afrique du Sud.

Lors de la conférence commémorative Eudy Simelane 2020, son frère, Bafana, a déclaré : “Dans le sport, elle était un diamant, marquant de beaux buts. C’était une personne merveilleuse, intelligente, tout. C’était un ensemble. Tout ce qu’on peut trouver chez Eudy. Elle jouait en plaisantant, en taquinant les autres. C’est ce qui me manque chez elle.”

Le 27 avril 2008, le corps de Simelane a été retrouvé dans un ruisseau à quelques centaines de mètres de sa maison à Kwa-Thema.

Selon les rapports, elle a été approchée après avoir quitté un bistrot, violée puis poignardée à plusieurs reprises.

Malgré sa mort qui a choqué beaucoup de personnes, les activistes ont affirmé que de nombreuses lesbiennes en Afrique du Sud ont été ciblées pour un “viol correctif”, un crime où l’auteur vise à “guérir” la victime de sa sexualité, en la convertissant à l’hétérosexualité.

Thato Mphuthi a plaidé coupable pour le viol et le meurtre de Simelane en février 2009 et a été condamné à 32 ans de prison. Le mois de septembre suivant, Themba Mvubu a également été reconnu coupable de ces crimes et a été condamné à la prison à vie. Lorsqu’il a été interrogé par les journalistes au tribunal, il a répondu : “Je ne suis pas désolé”.

La sexualité de Simelane la mettait dans une position vulnérable, ce que sa mère a reconnu en déclarant à la BBC : “Toute l’Afrique du Sud savait qu’Eudy était lesbienne”.

La malheureuse réalité est que l’histoire de Simelane n’est pas unique – elle est l’une des nombreuses victimes de crimes horribles similaires en Afrique du Sud.

Un an avant sa mort, Sizakele Sigasa, une militante des droits des femmes et des homosexuels, et son amie Salone Massooa, ont été chahutées devant un bar et appelés “tomboys” (garçons manqués). Les femmes ont ensuite été victimes de viols collectifs, torturées et abattues.

Quelques années seulement après le meurtre de Simelane, Noxolo Nogwaza, une lesbienne de 24 ans, a été retrouvée battue et lapidée à mort dans le même township où vivait Simelane.

Cependant, en tant que pays, l’Afrique du Sud était à l’avant-garde des droits des homosexuels et est devenue la première nation africaine à dépénaliser les actes homosexuels en 1998.

https://bbc.com/ws/av-embeds/cps/afrique/sports-56053155/p07c561b/fr

Légende audio,Une footballeuse ouvre une académie de football féminin au Cameroun

Le pays a également légalisé le mariage homosexuel en 2006, sept ans avant l’adoption de cette loi au Royaume-Uni et deux ans avant la mort tragique de Simelane.

Malgré cela, le pays compte toujours le plus grand nombre de cas de viols enregistrés par habitant. Parmi ces cas, ce sont les jeunes femmes noires et lesbiennes qui sont souvent victimes de viols violents dans les townships sud-africains.

Selon des données publiées en 2017, 49 % des membres noirs des communautés LGBT+ du pays sont susceptibles de connaître une personne qui a été assassinée parce qu’elle était LGBT+, contre 26 % des membres de la communauté blanche.

Le plus souvent, les auteurs de ces horribles attaques ne sont pas poursuivis pour leurs actes.

Militants des droits de l'homme et sympathisants d'Eudy Simelane en août 2009 devant le tribunal de Delmas à Mpumalanga, avant le procès
Légende image,Militants des droits de l’homme et sympathisants d’Eudy Simelane en août 2009 devant le tribunal de Delmas à Mpumalanga, avant le procès

Le cas de Simelane a cependant été une exception. Son profil et son histoire ont captivé la nation et ont attiré l’attention sur la question du “viol correctif”.

Après la mort de Simelane, sa mère Mally a joué un rôle déterminant dans la lutte pour changer les vues de sa communauté sur l’homosexualité, en utilisant sa foi méthodiste comme plate-forme. Elle s’est unie à son pasteur local, Smadz Matsepe, dans une lutte pour changer les attitudes envers les personnes LGBT+ dans la société. Mally était pleinement engagée dans la lutte contre les préjugés jusqu’à son décès en 2019.

“Cela a ouvert les yeux de beaucoup et nous a mis au défi de traiter la question des LGBT+”, a déclaré M. Matsepe à la BBC.

Un pont a été construit au-dessus du ruisseau à Kwa-Thema, à côté du terrain de football où le corps de Simelane a été retrouvé. Le pont porte l’empreinte de son visage et a été construit “comme un rappel de la liberté, de la dignité et de l’égalité pour tous”, selon le Projet pour l’égalité des lesbiennes et des gays du Times.

Une autre initiative mise en place dans le but de changer les attitudes sociales, a été la conférence commémorative Eudy Simelane. Cette conférence annuelle, organisée en partenariat entre le Centre Ujamaa de l’Université du KwaZulu-Natal, The Other Foundation, le Pietermaritzburg Gay & Lesbian Network, le Conseil chrétien du KwaZulu-Natal et la famille de Simelane, vise à changer les attitudes envers les personnes LGBT+, notamment au sein de certaines communautés religieuses.

Ces organismes ont reconnu que pour qu’il y ait un changement social significatif, les communautés religieuses devaient adopter une nouvelle perspective sur les relations homosexuelles et le mariage, afin que les individus ne puissent pas essayer d’utiliser des motifs religieux pour justifier la violence à l’encontre des personnes LGBT+.

Le professeur Charlene van der Walt de l’Université du KwaZulu-Natal et directrice adjointe du Centre Ujamaa a déclaré à la BBC cette année : “L’histoire d’Eudy est un exemple de ce qui arrive à beaucoup de familles et à beaucoup de communautés religieuses, pourtant la question des personnes LGBT+ dans la foi est souvent niée ou invisible”.

La conférence est également l’occasion de stimuler les conversations autour des communautés LGBT+.

M. Van der Walt a ajouté qu’il était particulièrement important de poursuivre ces conversations pendant la pandémie de Covid-19 où les personnes LGBT+ sont “vulnérables” car elles se trouvent souvent “dans un cadre familial qui n’accepte pas” leur sexualité.

“Nous avons fait un grand pas dans la bonne direction”, a-t-elle déclaré.

Lors de la conférence de 2020, le frère de Simelane, Bafana, a déclaré : “Nous avons fait un grand pas dans la bonne direction” : “L’histoire se répète, alors maintenant, cette conférence ouvre les yeux de la communauté et des autres familles sur le fait qu’elles ne doivent pas prendre pour une malédiction le fait que quelqu’un soit gay, lesbienne ou transsexuel”.

Malgré la mort tragique de Simelane, cette conférence a envoyé un message important à travers l’Afrique du Sud et a été un catalyseur pour la mise en place de ces projets et conversations.

BBC




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.