ACTUALITÉSJUSTICE - TRIBUNAUX - POLICE

Assemblée Générale : L’association nationale des magistrates du Sénégal voit le jour

L’idée de mettre sur pied une association des femmes magistrates du Sénégal est née d’une initiative très informelle. D’abord, il s’agissait de la création spontanée d’un groupe WhatsApp des femmes en marge de l’assemblée générale de l’Union des magistrats du Sénégal en 2019.
Selon Marie Odile Ndiaye Thiakane, porte-parole du jour, des femmes magistrates ont reçu une invitation de l’Union internationale des femmes magistrates qui devait se tenir à Fès au Maroc, trois d’entre elles ont financé le voyage compte tenu des délais très courts. « Nous ignorions totalement l’existence de cette association. Et d’ailleurs, l’expression de nos consœurs étrangères à notre arrivée en disait long sur le retard accusé par le Sénégal avant d’adhérer à cette Union internationale de femmes magistrates » dit-elle.
 
L’association dispose déjà d’un  récépissé malgré la pandémie de la COVID 2019  qui a freiné l’élan. Mais la Présidente Thiakane précise  qu’il ne s’agit pas que  d’un groupement de femmes voulant répondre à une demande internationale, mais restant fondamentalement ancré dans l’UMS pour jouer davantage sa partition dans le renforcement de l’association. « Il s’agit donc de s’aligner sur une mouvance mondiale qui place la question du genre, notamment la place de la femme au cœur des politiques publiques. Le Sénégal ne peut et ne doit pas faire exception à cette cause, d’autant plus que les femmes magistrates y sont largement minoritaires ».

 
L’association sera dans la même dynamique, « un cadre de revendication, une entité d’information pour faire comprendre la justice avec les visages de femmes, de mères, de sœurs et d’épouses, pour donner notre étreinte chaleureuse à une justice souvent jugée froide, insensible et en déphasage avec les réalités ». Pour la magistrate, la contribution pourrait nouer des partenariats avec toutes les institutions de la République afin d’impacter positivement les processus de décision.
 
Pour sa part, le président de l’Union des magistrats du Sénégal, Ousmane Chimère  estime  qu’il s’agit avec cette association,  de se mettre à jour au niveau international avec une intégration de la dimension genre et les questions spécifiques à la femme. L’ancien procureur Dior Fall Sow qui s’est exprimé au nom des anciennes a affirmé que cette association est venue à son heure et pourrait grandement contribuer à la crédibilité de la justice sénégalaise.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :