ACTUALITÉSAFRIQUE

Au Soudan, les appels au cessez-le-feu pour l’Aïd ignorés par les belligérants

Militaires et paramilitaires se sont livrés à d’intenses combats de rue vendredi à Khartoum, selon des témoins, alors que les belligérants ont ignoré de multiples appels au cessez-le-feu à l’occasion de la fête de l’Aïd el-Fitr, la fin du mois sacré du Ramadan.

La capitale soudanaise a été secouée par des tirs et raids aériens dans la nuit et la matinée, comme c’est le cas quotidiennement depuis le début des combats le 15 avril, qui ont fait « 413 morts et 3.551 blessés », selon un nouveau bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

De nouveaux hôpitaux ont été fortement endommagés à Khartoum, et quatre établissements ont été touchés à al-Obeid, à 350 km au sud de la capitale, souligne le syndicat des médecins. Les combats opposent l’armée régulière du général Abdel Fattah al-Burhane, chef de facto du Soudan depuis le putsch de 2021, et les paramilitaires des Forces de Soutien Rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo.

Le HCR collabore avec le Tchad pour gérer les réfugiés soudanais

Sur le plan diplomatique, les consultations s’intensifient: le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, a indiqué vendredi écourter son déplacement de plusieurs jours dans la région Asie-Pacifique « à cause de la situation au Soudan ».

La veille, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, avaient tous deux appelé séparément à un cessez-le-feu d’« au moins » trois jours pour marquer l’Aïd. Les combats sont concentrés principalement à Khartoum et au Darfour (ouest).

Les FSR ont annoncé « une trêve de 72 heures » à 04H00 GMT mais l’annonce n’a pas été suivie d’effet comme les jours précédents. Créées en 2013, les FSR regroupent des milliers d’anciens Janjawids, des miliciens arabes recrutés par l’ex-dictateur Omar el-Béchir, déchu en 2019, pour combattre des minorités ethniques au Darfour.

À Khartoum, Abdewahid Othmane, un habitant de 53 ans, critique ceux « qui aiment trop le pouvoir. Ils se battent pour le pouvoir mais ils ne s’intéressent pas aux pauvres gens qui n’ont ni eau ni électricité et du mal à se nourrir ».

Le général Daglo était depuis le putsch d’octobre 2021 le numéro deux du général Burhane. Ce dernier est apparu jeudi pour la première fois depuis le début des hostilités à la télévision d’État et s’est adressé à la nation pour l’Aïd, sans jamais mentionner de trêve.

« Notre pays saigne »

« Pour l’Aïd, notre pays saigne: la destruction, la désolation et le bruit des balles ont pris le pas sur la joie », a déclaré le général Burhane. Jusqu’ici, comme son rival, le général Daglo, il n’avait parlé qu’à des médias et ne s’était pas adressé directement aux 45 millions de Soudanais.

Entre 10.000 à 20.000 personnes ont fui du Soudan vers le Tchad

De leur côté, les États-Unis vont dépêcher des militaires dans la région pour faciliter une éventuelle évacuation de leur ambassade, alors que l’aéroport est fermé depuis samedi et que les chancelleries appellent leurs ressortissants à se signaler tout en évitant tout déplacement.

Le réseau téléphonique, lui, ne fonctionne plus que par intermittence. Femmes et enfants majoritairement se pressent sur les routes pour fuir, entre points de contrôles et cadavres.

La lutte de pouvoir entre les deux généraux s’est intensifiée au moment de signer les conditions d’intégration des hommes du général Daglo aux troupes régulières du général Burhane, pour finaliser l’accord politique sur le retour des civils au pouvoir. Le conflit latent depuis des semaines s’est alors transformé en bataille rangée, entraînant la fuite de nombreux civils à l’étranger: 10.000 à 20.000 personnes, surtout des femmes et des enfants, sont passés au Tchad voisin, selon l’ONU.

Militaires américains déployés

Les deux côtés multiplent les annonces de victoire et s’accusent mutuellement, des affirmations impossibles à vérifier sur le terrain tant le danger est permanent. L’armée de l’air, qui vise les FSR disséminées dans les zones résidentielles, n’hésite pas à larguer des bombes, parfois au-dessus d’hôpitaux, ont témoigné des médecins.

« 70% des 74 hôpitaux de Khartoum et des zones touchées par les combats ont été mis hors d’usage », selon leur syndicat. Les humanitaires ont pour la plupart été forcés de suspendre leur aide après que trois employés du Programme alimentaire mondial (PAM) ont été tués.

« Ni Burhane ni Daglo n’ont l’air de vouloir céder, la situation pourrait encore empirer », prévient déjà le centre de recherche International Crisis Group (ICG). « Un conflit de longue durée serait la ruine du Soudan », le troisième producteur d’or d’Afrique et pourtant l’un des pays les plus pauvres du monde où plus du tiers de la population a faim, ajoute l’ICG.

À l’autre extrémité du pays, sur la côte, des dizaines de manifestants ont défilé à Port-Soudan contre ce qu’une banderole décrivait comme « la présence de l’ambassadeur des Emirats arabes unis dans l’est du Soudan ». « Non à l’ingérence étrangère », était-il encore écrit.

Réactions des Tchadiens sur la crise au Soudan: "cette guerre ira loin"

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page