ECONOMIE

AUCUN JEUNE FINANCE DEPUIS 2020 : YOUSSOU NDONG LISTE LES CONTRAINTES LIÉES À L’EXÉCUTION DU PROJET AGRI-JEUNES

L’exécution du projet d’insertion socioprofessionnelle dans des filières agro-sylvo pastorales et halieutiques dénommé ’’Agri-jeunes Tekki ndawni’’ se fait avec beaucoup de ‘’contraintes et de péripéties’’ dans la région de Fatick, a soutenu mercredi, l’ingénieur polyvalent dudit projet, Youssou Ndong.

’L’exécution du projet se fait avec beaucoup de difficultés, de péripéties et de contraintes’’, a dit M. Ndong.


Il s’entretenait avec des journalistes au terme d’un atelier de partage et de validation du PTBA 2022 du Projet ’’Agri-Jeunes Tekki Ndawni’’ dans la région Fatick.


’’Officiellement lancé en juin 2020’’ le projet est encore confronté à des contraintes d’ordre logistique parce que jusqu’ici il est encore dans le processus d’acquisition de son parc automobile ’’, a-t-il révélé.


‘’Pour exécuter notre mission dans les régions centre (Fatick, Kaolack, Kaffrine, Diourbel) bénéficiaires dudit projet, a-t-il expliqué, « nous travaillons avec un véhicule de liaison des unités de coordination implantées dans ces quatre régions centre’’.


Il a expliqué que le contexte de pandémie mondiale du coronavirus entraînant des restrictions administratives a empêché d’organiser des rencontres d’envergure pour sensibiliser les jeunes.


‘’Comme alternative à cette situation, on a travaillé avec les radios locales pour continuer la sensibilisation et mettre en place une plateforme d’identification pour permettre aux jeunes de s’inscrire sur la base de données’’, a-t-il souligné,


Les autres difficultés liées à l’exécution du projet relèvent de procédure d’avancement et de célérité des partenariats avec les acteurs concernés, a-t-il relevé.


« Toutefois, dit-il, la principale contrainte est d’assurer la formation effective de la première cohorte de jeunes sélectionnés dans la région de Fatick’’.


Il a rappelé que dans la formulation du projet Agri-jeunes, le volet formation est une exigence parce qu’ avant d’accéder aux subventions il faut que les jeunes sélectionnés soient formés.


Il a indiqué qu’au total 749 jeunes de la région ont été sélectionnés cette année pour le volet formation-insertion.


Malheureusement, déplore l’ingénieur, jusqu’à présent ’’la formation de cette première cohorte dans les centres de formation tarde faute de signature de conventions et des contrats de performance’’.


’Aujourd’hui, a-t-il soutenu, le démarrage de la formation des jeunes est la question centrale à prendre en charge dans le processus d’exécution du projet et d’effectivité des subventions’’.


Il a appelé les principaux acteurs à la compréhension, à la concession, et au dépassement de rigueur pour commencer dans les plus brefs délais la formation des jeunes sélectionnés d’ici fin décembre 2021.


« Les jeunes seront formés dans des créneaux porteurs, dans les filières agricoles, de productions halieutiques, et les services« , a-t-il précisé.


Il a en dépit de ces contraintes salué ‘’l’engagement et la participation’’ effective des partenaires dans l’exécution de ce projet.


Le Projet Agri-Jeunes est exclusivement réservé aux jeunes qui vivent en milieu rural et âgés entre 15 et 35 ans.


Il a pour objectif de créer 150 000 emplois dans huit (8) régions du Sénégal (Kaolack, Kaffrine, Fatick, Diourbel, Louga, Thiès, Ziguinchor et Sédhiou)


Il oriente les jeunes vers des activités rentables et pouvant générer suffisamment de revenus.


Lancé en juin 2020, le projet ’’Agri-jeunes Tekki Ndawnii’’ prend fin en 2025. Il est financé à hauteur de 54 milliards de francs CFA par la Banque africaine de développement (BAD).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page