PEOPLE

Bataille rangée sanglante entre 2 gangs rivaux

gangs
gangs

Du sang a coulé, samedi dernier, au cours d’une rixe entre des membres de deux  gangs rivaux.

D’après le récit de Les Echos, tout a commencé par une folle course-poursuite entre de jeunes malfrats du quartier et d’autres de la bourgade dénommée Sam-Sam/Thiaroye de la banlieue dakaroise.

Ces derniers ont quitté leur patelin dans le but d’opérer dans les rues de Tally Mame Diarra de Fass Mbao. Soudain, une altercation au couteau éclate entre les deux camps. Même si le mobile de la bagarre en question reste encore inconnu. Tout laisse cependant croire à une altercation aux allures d’un règlement de comptes. Au cours de laquelle un des jeunes du quartier se fait tailler à l’arme blanche par un autre de Sam-Sam/Thiaroye.

Outrés par la grave blessure du jeune garçon, des camarades de gang de celui-ci ciblent son «bourreau» et sonnent la charge. Ils exhibent leurs armes blanches et pourchassent le malfrat rival. Qui prend peur, panique et détale comme un lapin dans les labyrinthes de la localité. Il trouve un salon de coiffure dans les parages et se réfugie en catastrophe à l’intérieur. Histoire d’échapper à ses poursuivants armés. Qui crient vengeance à tout rompre. Les compagnons du fugitif renoncent à la rixe, se faufilent entre les passants et se fondent dans la nature.

Face à l’expédition punitive contre le délinquant, des habitants du quartier redoutent le pire entre les malfaiteurs rivaux et câblent les flics du poste de police de Sicap Mbao qui interviennent séance tenante et trouvent cependant que les protagonistes ont débarrassé le plancher. Ils glanent quelques bribes sur les circonstances de la rixe et apprennent l’évacuation des délinquants blessés à l’hôpital.

Mais, arrivés dans le centre hospitalier, ils n’y trouvent pas l’ombre d’un malfrat. Ils ouvrent toutefois une enquête préliminaire et lancent la chasse à l’homme contre les différents protagonistes de la bagarre. Qui ont préféré se faire soigner ailleurs que dans les structures sanitaires. Histoire d’éviter une interpellation par la police.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page