SOCIETE / FAITS DIVERS

BIGNONA : Djilacoune, la désignation du chef de village par le Sous-préfet a failli virer au drame

Décidément certaines autorités du département de Bignona ne comptent pas lâcher ” leur candidat” pour diriger le village de Djilacoune dont l’assiette foncière constitue l’une des réserves les plus prisées. Malgré la décision de l’ancien préfet de Bignona d’invalider la candidature du sieur Amady NDAO, un non résident, le sous-préfet M. Diouf est revenu à la charge quelques mois après pour l’imposer. Conséquences, une bataille rangée a éclaté et, à ce jour, continue de diviser plusieurs familles. Après un recul considéré comme stratégique, le Sous-préfet Diouf revient à la charge et impose son poulain.
Tout est parti de la volonté du sieur Amady NDAO fonctionnaire retraité de vouloir occuper le fauteuil du chef de village. Installé de force par l’actuel sous-préfet le 11 septembre 2021. Les populations pas du tout d’accord avec ce choix, avaient saisi le Préfet Baboucar Moundor NGOM. Comme motifs soulevés par le chef de l’Exécutif départemental, Amady NDAO n’était pas résident à Djilacoune et qu’il lui fallait justifier une présence d’au moins ,6 mois pour prétendre à être candidat “.
Mais deux mois après le départ Baboucar Moundor NGOM affecté, le Sous-préfet de Tenghory revient à la charge au motif qu’il veut faire respecter la tradition de chefferie dans le village. ” Pas de soucis, mais Amady NDAO qui ne remplit pas les conditions ne peut être notre chef de village. Nous préférons son neveu Ibou NDAO qui lui, a une maison et sa famille dans le village, y vit les mêmes problèmes que nous que le Préfet avait nommé à titre intérimaire après le décès du chef Ousmane NDAO ” , a répondu Papis SAGNA, l’un des responsables des jeunes du village.
Un des jeunes s’adressant à Amady NDAO lui dira : tes parents ont vécu en toute harmonie avec les nôtres sur ces terres et mieux, nous avons accepté qu’ils soient les chefs de ce village mais vous, vous allez détruire tout ce qui a été construit juste pour satisfaire de vils intérêts
” Après un premier forcing du Sous-préfet mercredi dernier, et face à note volonté de ne pas accepter la forfaiture d’une nomination du sieur Amady NDAO, M. Diouf décidera d’ouvrir un registre pour toutes les candidatures et d’énumérer les pièces afférentes. Un délai de 4 jours a été donné et c’est ce vendredi que le Sous-préfet s’est présenté au village avec des gendarmes lourdement armés pour l’élection du chef de village, selon ses propres propos”, renseigné Papis SAGNA.
Selon Ablaye Bodian, le deuxième candidat après Amady NDAO imposé par le Sous-préfet, ” La première surprise c’est la présence du dossier d’Amady NDAO qui s’est même procuré un certificat de résidence. Une situation qui sera à l’origine de heurts entre différents camps. Et quand le Sous-préfet a voulu forcer mes partisans à lever la main pour voter, ces derniers lui ont fait savoir que les textes étaient violés par l’autorité elle-même en imposant un non résident. L’autre surprise, c’est l’absence du Maire de Coubalan pendant tout le processus comme s’il y avait un projet funeste derrière ce forcing du Sous-préfet.
Joint au téléphone par nos soins, le Sous-préfet dira avoir agit en conformité avec les textes et d’avoir constaté une large adhésion des populations vis-à-vis du sieur Amady NDAO. Sur les échauffourées intervenues, M. Diouf dira avoir noté un petit incident.
Pour rappel, Djilacoune est un village des Kalounayes faisant partie de la Commune de Coubalang dans l’arrondissement de Tenghory. C’est la famille Ndao, fondatrice du village et ayant accueilli toutes les autres familles qui y résident aujourd’hui, qui dirige la chefferie. Feu Ousmane NDAO le tout dernier à occuper le poste est décédé il y a 5 ans mais, le subit intérêt d’Amady NDAO, méconnu du patelin est la pomme de discorde entre différents camps.
Une affaire à suivre….

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page