SOCIETE / FAITS DIVERS

Bloqué Dans La Banlieue, Antoine Félix DIOME Parlera-T-Il De Terroristes

Le ministre de l’Intérieur ne se fera plus conter le calvaire vécu par les banlieusards de Dakar, à la suite des fortes pluies ayant arrosé la capitale. En se rendant, hier, dans les zones englouties par les eaux de pluie, Antoine Felix Diome a pu mesurer la détresse des victimes.

Les services du ministère de l’Intérieur n’ont pas perdu du temps. Juste après le déclenchement du plan Orsec, une réunion présidée par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique a été tenue dans les locaux dudit département. La réunion a été suivie d’une visite de terrain dans certaines zones inondées de la capitale pour superviser la mise en œuvre effective du plan Orsec. «Nous avons l’obligation de trouver des solutions définitives aux inondations qu’il pleuve ou non», dira le ministre de l’Intérieur, Antoine Felix Abdoulaye Diome qui avait à ses côtés le ministre des Collectivités territoriales Oumar Guèye. Antoine Diome profitera de l’occasion pour inviter ses services à s’activer efficacement pour répondre aux attentes des populations sinistrées. Non sans rassurer les populations quant à l’effectivité du Plan national d’organisation des secours (Orsec) déclenché, samedi, pour venir à bout des eaux stagnantes dans de nombreux quartiers de Dakar. Il leur a promis de déployer tous les moyens dont l’État dispose afin de répondre positivement à leurs attentes. Le ministre des Collectivités territoriales a, pour sa part, expliqué que les solutions provisoires ne pourront pas régler la situation actuelle. «Il faut assurer la connexion au réseau. Cette liaison permettra d’assurer un grand flux d’eau et de les transférer», affirme Oumar Guèye. Cette visite du ministre dans les zones inondées de la banlieue n’a pas été de tout repos pour le premier flic. Antoine Félix Diome a rencontré l’hostilité et le mécontentement des populations des zones inondées. Dans la mise en œuvre du plan Orsec, il est attendu selon l’autorité, «une mise en place de groupes opérationnels chargés de diriger les secours». Plusieurs régions du pays ont été touchées par les inondations dont les plus impactées sont Dakar, Kaffrine, Mbour et Touba. A Dakar, les départements de Pikine et de Keur Massar demeurent les localités qui éprouvent le plus de difficultés au niveau de la région de Dakar. Conséquence: ça a chauffé hier lors de la visite du ministre Antoine Diome. Les hostilités ont commencé sur l’autoroute à péage à hauteur de Tivaouane Diacksao. Les sinistrés ont bloqué toutes les voies pour exiger l’évacuation des eaux pluviales, bloquant du coup le cortège du ministre de l’Intérieur qui devait se rendre dans les zones inondées. Antoine Diome et ses services ont finalement dévié pour emprunter la Route nationale. Les populations de Tivaouane Diacksao, de Keur Massar, Boune pour ne citer que celles-là, se sont révoltées contre le spectre des inondations. A Keur Massar, les jeunes se sont réveillés en colère. Très remontés contre les autorités, ils ont battu le macadam. Les manifestants ont brûlé à leur passage des pneus et ont affronté les forces de l’ordre. À Boune, les jeunes ont également manifesté. Ils ont entravé la circulation toute la matinée, obligeant les forces de l’ordre à intervenir.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page