ACTUALITÉSINTERNATIONAL

Brésil: le président Lula légalise six réserves indigènes, une première en cinq ans

La signature de ces décrets représente une victoire pour les indigènes. Ces réserves leur garantissent l’usage exclusif des ressources naturelles, en préservant leur mode de vie traditionnel. 

 
Le président brésilien Lula a signé vendredi 28 avril des décrets légalisant six nouvelles réserves autochtones, aux côtés de personnalités indigènes de premier plan, comme le cacique emblématique Raoni Metuktire, qui lui a remis une coiffe traditionnelle de plumes bleues et rouges. La cérémonie a eu lieu au dernier jour du Campement « Terra Livre » (« Terre Libre »), rassemblement annuel de milliers d’autochtones venus de tout le pays, à Brasilia. « En quatre ans, nous allons faire plus (pour les peuples indigènes) que lors des huit années où nous avions déjà gouverné le pays (2003-2010) », a assuré le président de gauche, qui a entamé son troisième mandat en janvier.

La dernière homologation remontait à cinq ans, presque jour pour jour, quand le peuple Guato s’était vu reconnaître le droit inaliénable d’occuper 20 000 hectares de ses terres ancestrales dans l’État de Mato Grosso (centre-ouest), le 26 avril 2018, sous la présidence de Michel Temer (centre-droit). Aucune nouvelle terre indigène n’avait été légalisée sous le mandat de Jair Bolsonaro (2019-2022), prédécesseur d’extrême droite de Lula, qui avait promis avant d’arriver au pouvoir de « ne pas céder un centimètre de plus » aux autochtones. Sous la présidence de Jair Bolsonaro, la déforestation annuelle moyenne avait augmenté de 75% par rapport à la décennie précédente.

« C’est un processus qui prend du temps, mais nous allons faire en sorte que soient légalisées le plus grand nombre possible de réserves indigènes. Si nous voulons atteindre la déforestation zéro d’ici 2030, nous avons besoin de réserves indigènes homologuées », a déclaré vendredi Luiz Inacio Lula da Silva. Ces réserves sont considérées par les scientifiques comme un rempart contre la déforestation, enjeu majeur du combat contre le réchauffement climatique.

« Écrire une nouvelle histoire »

Selon le dernier recensement de 2010, quelque 800 000 indigènes vivent au Brésil, la plupart dans des réserves qui occupent 13,75% du territoire. « Ceux qui disent que ces terres qui vous sont réservées sont trop vastes doivent se rappeler qu’avant l’arrivée des colonisateurs portugais, vous occupiez 100% du territoire », a lancé Lula, sous les vivats du public.

De nouvelles homologations devraient avoir lieu prochainement. Le mois dernier, la ministre des Affaires indigènes, Sonia Guajajara, a annoncé que quatorze terres indigènes (dont les six homologuées vendredi) étaient prêtes à être légalisées, sur près de 900 000 hectares. « Nous allons écrire une nouvelle histoire, pour le bien de toute l’humanité, de notre planète », a déclaré la ministre vendredi, juste avant la signature des décrets. « Nous, les peuples autochtones, nous représentons seulement 5% de la population mondiale, mais nous préservons plus de 80% de la biodiversité mondiale », a conclu cette ancienne activiste de 49 ans, dont le ministère a été créé par Lula pour donner plus de place aux questions indigènes dans son gouvernement.

(Avec AFP)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page