A LA UNESOCIETE / FAITS DIVERS

Campagne de commercialisation arachidière : la Sonacos de Ziguinchor déjà prête

Vers le démarrage de la campagne de commercialisation arachidière les prochains jours, la SONACOS de Ziguinchor est prête à  réceptionner les graines. L’assurance est du Directeur général de la SONACOS, Modou Diagne Fada, en visite à Ziguinchor, qui a fait l’état des lieux dans cette unité industrielle.

«Nous allons vers une prochaine campagne ; nous avons des secco qui peuvent aller jusqu’à 40.000 tonnes ; il faut travailler à disposer de ce stock. Nous avons constaté que les secco étaient bien nettoyés,  bien compactés et le matériel roulant aussi est en bon état. Il reste à finaliser la révision des deux ponts bascules : l’un de 60 tonnes, l’autre de 80 tonnes…». C’est le patron de SONACOS, Modou Diagne Fada, qui constate ainsi et assure que la SONACOS de Ziguinchor est prête à  réceptionner les graines.

En visite à l’unité industrielle de la région sud où il a fait l’état des lieux à quelques jours du démarrage de la campagne de commercialisation arachidière, le Directeur général de la SONACOS, Modou Diagne Fada, adresse un satisfécit aux huiliers de Ziguinchor pour les performances réalisées lors de la précédente campagne. «Apres Lydiane (Kaolack), c’est à Ziguinchor où nous tructurons les graines pour pouvoir produire des tourteaux et de l’huile brute d’arachide. Et je peux même vous dire que Ziguinchor a mieux marché cette année que Lyndiane. L’usine de Ziguinchor a réussi à transformer l’ensemble des stocks collectés… C’est une occasion pour moi de féliciter le Directeur d’usine et tous les travailleurs», déclare M. Diagne Fada.

L’occasion a été saisie par le Directeur général et son équipe, déployés à Ziguinchor le temps d’un week-end, pour annoncer la mobilisation  de fonds propres d’une enveloppe de cinq cent millions de francs CFA (500 millions) pour  l’achat des graines, en attendant l’arrivée de près de 52 milliards de francs CFA issus de la convention signée par l’Etat du Sénégal avec ses partenaires.

275 FRANCS CFA AU KG «EST UN PRIX-PLANCHER, LES ACTEURS NE PEUVENT PAS ACHETER EN DEÇA…»

Sur le prix au kilogramme fixé à 275 francs CFA, le Directeur général de la SONACOS tient à préciser que c’est un prix-plancher. «Les acteurs ont la possibilité d’aller au-delà, sauf qu’ils ne peuvent pas acheter en deçà de ce prix…», précise-t-il. Avant de mettre le voile sur les objectifs assignés à l’usine SONACOS. «Nous ne fixons pas d’objectifs précis ; nous avons dit à nos services de se préparer à recevoir le maximum de graines. Nous avons notre objectif interne ; le top management connait l’objectif et c’est à partir de cet objectif que nous allons bâtir notre budget de 2023. Mais nous ne sommes pas obligés de révéler notre stratégie de collecte parce que nous sommes dans un domaine concurrentiel et chacun met en place sa stratégie pour collecter le maximum de graines…», martèle l’ancien ministre, qui affiche un optimisme quant au bon démarrage de la campagne de commercialisation arachidière.

La question de la réhabilitation de certaines installations de la SONACOS Ziguinchor a été évoquée par le Directeur général, qui parle d’une enveloppe de de 20 milliards débloquée par le chef de l’Etat, le président Macky Sall.

Réagissant aux attaques contre la SONACOS sur les déclarations selon lesquelles, pour faire un litre d’huile, il faut mettre en œuvre 3,5 kg d’arachide, le patron de la SONACOS lâche, sur fond de colère : «je voudrais dire à tous ces gens qu’à la SONACOS, nous avons des ingénieurs expérimentés, des polytechniciens qui connaissent mieux que quiconque au Sénégal l’arachide… Et, malgré que nous disposions de nos propres laboratoires, nous faisons toujours appels à des institutions autonomes et indépendantes. Et ce sont ces dernières qui sélectionnent des échantillons   et tirent une moyenne nationale pour dire : «pour avoir un litre d’huile, il faut 3,5 kg d’arachide…» Maintenait, ceux qui nous contredisent, il faut qu’ils nous donnent leur référence. Il faut que les gens soient sérieux et qu’ils ne nous prennent pas pour ce que nous ne sommes pas. On n’acceptera plus que des gens s’abordent l’image de marque de la boite, l’image de marque de la SONACOS…», conclut-il

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page