SPORTS

CAN 2023 : Bertrand Traoré fait gagner le Burkina Faso à la 96e minute !

Demi-finaliste de la précédente édition, le Burkina Faso a arraché la victoire contre la Mauritanie (1-0) ce mardi à Bouaké pour son entrée en lice à la CAN 2023. Sous un soleil de plomb (36°C), les Etalons ont longtemps pioché et déçu avant de prendre les devants dans le temps additionnel sur un penalty transformé par l’inévitable Bertrand Traoré, entré en jeu.

Après six minutes de jeu, la Mauritanie se signalait en premier par une frappe lointaine du néo-international Aboubakary Koita (7e). Cinq minutes plus tard, elle se mettait de nouveau en évidence, toujours sur un tir aux abords de la surface de réparation (12e). Le Burkina Faso répliquait coup sur coup, avec un long coup franc difficilement repris de la tête par Mohamed Konaté (17e), puis une tentative lointaine non cadrée d’Adama Guira (18e).

Un mal pour un bien

Peu avant la demi-heure de jeu, le sélectionneur mauritanien Amir Abdou était contraint de revoir ses plans pour les Mourabitounes. Et pour cause, après s’être arrêté de jouer autour de la 22e minute, Aboubakar Kamara sortait finalement sur blessure trois minutes plus tard. Le technicien franco-comorien sortait alors du banc Souleymane Anne (28e).

Un mal pour un bien à l’arrivée, puisque ce remplacement changeait le visage des Mourabitounes. Car, dans la foulée, ces derniers faisaient vivre un mauvais quart d’heure aux Étalons. À commencer par un coup franc flottant des 20 mètres, boxé tant bien que mal au-dessus de la transversale par le gardien burkinabè Hervé Koffi (31e). Dans la minute suivante, Hemeya Tanjy exécutait une demi-volée bien captée cette fois par le gardien de Charleroi (32e). L’ailier mauritanien retentait sa chance sur l’aile gauche, mais son tir croisé passait largement à côté du poteau (34e).

La VAR et Bertrand Traoré sauvent le Burkina Faso

Le Burkina Faso rééquilibrait les débats avant la mi-temps, puis montait encore d’un cran au retour des vestiaires. Symbole de ce regain de forme, Stéphane Aziz Ki, aligné en milieu gauche, rentrait intérieur et envoyait un missile à côté du montant droit de Babacar Niasse (49e). Par la suite, le milieu offensif des Young Africans mettait dans le vent son vis-à-vis pour un centre repoussé par Niasse, lui-même relayé par son défenseur qui dégageait en catastrophe (52e).

Durant un second acte tout de même très insipide, la Mauritanie n’avait pas dit son dernier mot et se procurait une opportunité intéressante après l’heure de jeu. Occasion qui n’allait pas au bout, puisque l’attaquant manquait son contrôle de la poitrine dans la surface. Et ce, pour le plus grand bonheur de la défense burkinabè qui parvenait à se dégager (64e). Le Burkina Faso abattait alors son joker en faisant sortir du banc son attaquant vedette Bertrand Traoré, utilisé avec parcimonie par Hubert Velud suite à son récent retour de blessure (73e). Une entrée en jeu proche de ressembler à un cadeau empoisonné. Car quatre minutes après, Koffi effectuait une grosse parade, empêchant Koita d’ouvrir le score pour les Mauritaniens (77e). C’était écrit néanmoins. Après une première alerte sur une frappe claquée de justesse par Niasse (82e), l’ailier burkinabè endossait fièrement sa cape de héros en transformant au bout des arrêts de jeu un penalty obtenu par Issa Kaboré face à Nouh El Abd et accordé après recours à la VAR (1-0, 90e+6).

Cette victoire au forceps propulse le Burkina Faso en tête du groupe D (3 points) devant l’Algérie et l’Angola, qui ont un point au compteur suite à leur match nul la veille (1-1), et devant la Mauritanie, bonne dernière avec zéro point. Les Étalons ont désormais les esprits tournés vers leur prochain match samedi contre les Fennecs, lequel leur ouvrira les portes des huitièmes en cas de victoire.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page