SOCIETE / FAITS DIVERS

Casamance : “Le MFDC se trompe de combat…”, (GRPC)

e combat actuel du Mouvement des forces démocratiques de Casamance ne rime pas avec la charte du MFDC authentique qui consistait pour les cadres Casamançais à réclamer leur appartenance au Sénégal pour accéder aux postes de responsabilité. Balla Moussa Daffé, membre du Groupe de réflexion pour la paix en Casamance, précise que le MFDC, né à Sédhiou en 1947, n’a jamais réclamé l’indépendance de la Casamance.

Balla Moussa Daffé se veut clair en remontant les origines du Mouvement des forces démocratiques de Casamance. “Le MFDC né en 1947, était un mouvement politique qui appartenait à un parti. A l’époque, la Casamance ne se sentait pas représentée. Et souvent, c’est des originaires du Nord qui venaient occuper un certain nombre de postes de responsabilité. Et donc, les Casamançais, dont la plupart étaient des enseignants et qui étaient de grands cadres qui avaient fait les mêmes écoles que ceux du Nord, se sentaient sous représentés. Ainsi des gens comme notre père Ibou Diallo ont avec Emile Badiane assuré le leadership pour la Casamance naturelle. Sédhiou étant la capitale administrative, politique, intellectuelle et culturelle. C’est là où se retrouvait la plupart des grands intellectuels et cadres à l’époque de l’administration coloniale […]“, a-t-il déclaré sur Rfm.

Création du MFDC

Et dire que ce sont ces intellectuels et cadres qui ont décidé de créer le Mouvement des forces démocratiques de Casamance. Lequel, assure le membre du Groupe de réflexion pour la paix en Casamance, a porté les revendications des Casamançais. “J’ai dit que c’est ce MFDC qui est devenu un monstre mais qui a dévié complètement par rapport aux revendications du MFDC originel“, se désole Balla Moussa Daffé.

Indépendance de la Casamance

“Cette fois, ils réclamaient l’indépendance de la Casamance. Et c’est toujours le cas à propos de Salif Sadio qui n’a rien à voir avec ce qui était dans la charte du MFDC originel“, a-t-il conclu

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page