SOCIETE / FAITS DIVERS

« CE N’EST PAS ACCEPTABLE QUE LE KG COUTE 1000 F CFA DEPUIS 2 ANS »

Mamadou Cissokho, le président d’honneur du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR, Sénégal) et du Réseau des organisations paysannes et de producteurs agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA), s’exprimant vendredi lors de la présentation des résultats à mi-parcours du Cadre de programmation par pays (CPP) de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) au Sénégal 2019-2023, a dit toute son inquiétude sur la flotte de pêche chinoise et russe. « Depuis deux ans, le kilogramme de Khéthiah (poisson séché) coûte 1000 F CFA, au Sénégal » et « ce n’est pas acceptable », a-t-il pesté.

« Je vois que de plus en plus, on parle de projet, et les politiques s’éloignent. Mais, vous ne pouvez jamais réussir tout ce qu’on a présenté ici comme résultat du projet sur la Pêche s’il y a plus de bateaux de pêche que de poissons dans notre océan, a-t-il fait remarquer. Ça, c’est la responsabilité de la FAO qui travaille avec le gouvernement de leur faire comprendre ça. Donc, nous attendons que l’année prochaine, en nous présentant des résultats, qu’on nous dise qu’est-ce qui a été fait pour qu’il y ait moins de bateaux dans notre océan, mais plus de pirogues pour que les femmes puissent transformer le poisson. Depuis deux ans, le kilogramme de Khéthiah coûte 1000 F CFA, au Sénégal. Ce n’est pas acceptable. Nous savons combien de bateaux européens il y a au large de nos côtes, mais pas combien de bateaux chinois et russe. Parce qu’il n’y a pas de réunion régulière qui permette de le savoir, et ça c’est dangereux. La mer, c’est notre vie, et nous voulons qu’on s’en occupe. »

Par ailleurs, « on n’ira jamais loin tant qu’il y a, chaque année, la multiplication des camions de charbon de bois par deux ou trois. Il faut, en amont, prendre des dispositions et des politiques pour que les politiques puissent donner des résultats. Cela, c’est la responsabilité de la FAO », a-t-il martelé.

Les assurances de la FAO
Interpellé, le Coordonnateur sous-régional de la FAO pour l’Afrique de l’Ouest et représentant de la FAO au Sénégal, Dr Gouantoueu Robert Guei a reconnu que « c’est un problème qui est lié à l’exploitation abusive des ressources halieutiques. » Et, « à ce niveau, a-t-il garanti, la FAO va continuer à travailler avec le gouvernement. Nous avons des outils : la législation sur les pêches illicites. Nous avons d’ailleurs un programme côtier qui va au-delà du Sénégal parce que ce problème n’est pas seulement un problème du Sénégal, mais c’est un problème des autres pays côtiers. Il y a un programme sur la pêche illicite de la CEDEAO sur lequel la FAO travaille énormément avec ses pays pour qu’on puisse éviter que des individus ou des compagnies véreux puissent venir pêcher sur nos côtes sans autorisation. C’est pourquoi on a été interpellé pour qu’on travaille davantage avec les gouvernements pour mettre en place des politiques qu’il faut. Mais, nous travaillons déjà avec les gouvernements de la sous-région sur cet aspect. »

En revanche, il a insisté sur la nécessité de développer l’aquaculture : « parce que le poisson ne suffit pas pour la population sénégalaise et même au niveau de la sous-région. C’est une opportunité énorme, l’aquaculture, pour permettre d’être autosuffisant en poissons mais également d’exporter le poisson au niveau de la sous-région. Nous sommes en train de mettre en œuvre un programme que nous allons développer avec le gouvernement sur l’emploi des jeunes. Parce que nous ne pouvons pas transformer notre agriculture sans les jeunes et sans les femmes. Ce programme va appuyer le développement des agropoles au niveau du Sénégal. »

Sur le trafic de bois, il a également reconnu la pertinence à « s’orienter beaucoup plus sur l’aspect programmatique au lieu d’avoir de petits projets » : « Et, ça nous sommes là-dedans également parce que nous pensons qu’avec les petits projets, c’est forcément pour développer des outils de stratégies. Nous travaillons sur des programmes transformateurs à gros impacts ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page