ACTUALITÉSSOCIETE / FAITS DIVERS

Chasse traditionnelle de Diobaye : «Une culture riche de sa diversité», selon le préfet de Fatick

Fatick : La chasse traditionnelle de Diobaye est une culture riche de sa diversité a indiqué lundi dernier, le préfet du département de Fatick, El hadji Pape Madické Dramé.

L’autorité administrative, accompagnée d’une délégation, était venue selon lui, « accompagner les festivités marquant l’édition 2023 de ce rituel cérémonial de la chasse de Diobaye et partager aussi notre sentiment de satisfaction même si, ce n’est pas un secret nous sommes à notre première édition que nous y prenons part. Une activité qui a l’habitude de se tenir tous les ans et cela depuis plus de 700ans».

Et pour le Préfet de Fatick, « en cette période d’acculturation que nous vivons, il est tout heureux de constater que dans le Sine, les populations s’approprient vraiment leurs sources ce qui fait bien la force du peuple sérère si on peut se le permettre. Car, ailleurs il y a d’autres particularités mais nous pensons que, ce que nous avons vu aujourd’hui nous a vraiment convaincu pour dire qu’à Fatick, il est très rare de vivre ce même entrain, ce même dynamisme dans la façon de faire valoir cette tradition et surtout de vendre ce produit ».

Alors, que du chemin qui a été franchi jusque-là et depuis lors les initiateurs dans ce quartier traditionnel de Ndiaye Ndiaye, ne se sont jamais lassés pour faire valoir le même enthousiasme, le même dynamisme pour ressusciter la tradition sérère à travers sa culture et ses us et coutumes.

El Hadji Pape Madické Dramé a saisi l’occasion pour remercier le comité d’organisation qui n’a pas lésiné sur les moyens pour en arriver à  ce niveau  de satisfaction mais surtout remercier et encourager les populations de Fatick particulièrement les habitants du quartier traditionnel de Ndiaye Ndiaye qui ont cru à  ce rituel qui grandit d’année en année avec une réussite totale.

Faire du Diobaye une vitrine touristique

Et qui plus est, a souligné le Préfet de Fatick, « au-delà de cet aspect culturel, il y a aussi l’aspect touristique qu’il faudrait faire valoir pour mieux vendre le produit du Diobaye. Aujourd’hui, c’est bien l’occasion d’entrevoir d’autres possibilités pour rehausser et mieux accompagner cette activité pour en faire une vitrine touristique du département de Fatick. C’est un secteur qui mérite d’être mis en valeur dans la zone en corrélation avec la zone balnéaire de Palmarin et de Ndangane. Mais aussi à l’intérieur de Fatick, on nous parle du totem de la ville qu’est Mame Mindiss en plus des sites matériels et immatériels. C’est pour dire qu’à ce niveau, il y a de quoi quand même voir comment mettre à profit tout cela et en faire profiter aux populations autochtones ».

En attendant, le comité d’organisation travaille à l’inscription de la chasse de Diobaye dans la liste du patrimoine mondial de l’Unesco nous a fait savoir Ngor Sarr, le président de la Chasse de Diobaye. « Et pour ce faire, nous avons rencontré la directrice du centre culturel régional de Fatick qui nous a indiqué la voie à suivre. Nous allons bientôt enclencher le processus et finaliser avant la fin du mois d’août le dossier à déposer d’ici la prochaine édition en 2024».

Lefatickois.net 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page