A LA UNEACTUALITÉS

Chômage des jeunes, justice, protection de l’environnement : ces défis de taille qui attendent le prochain président

«La population sénégalaise se caractérise par sa grande jeunesse : la moitié de la population est âgée de moins de 19 ans (18 ans chez les hommes contre 20 ans chez les femmes) et les enfants âgés de moins de 15 ans constituent 39,2% de la population globale. Cette catégorie est plus importante chez les garçons (40,6%) que chez les filles (37,6%)». Ce résultat du cinquième Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH5) de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd), en 2023, montre l’importance de la population juvénile.

Dans quelques heures, les Sénégalais iront aux urnes pour choisir leur cinquième président de la République. Celui qui sera élu aura un gros challenge, celui de régler le chômage des jeunes. La jeunesse sénégalaise souffre d’un manque d’emplois. Malgré les grandes promesses et les gros engagements du régime de Macky Sall, il reste une question insoluble. Pour preuve, l’année 2023 a été très macabre ; de nombreux jeunes ont perdu la vie en mer, essayant de rejoindre l’Europe. La destination américaine a été aussi prise d’assaut par de jeunes sénégalais à la recherche d’un avenir meilleur.

L’autre chantier qui attend celui qui sera élu à l’issue de l’élection présidentielle de dimanche prochain, c’est de mettre fin aux soupçons d’une influence de la Justice par l’Exécutif. D’ailleurs, la réforme du Conseil supérieur de la magistrature (Csm), une requête de plusieurs acteurs, est revenue dans les sujets de campagne de plusieurs candidats. Surtout que le régime du président Macky Sall a été marqué par des arrestations de manifestants et d’hommes politiques.

Les associations de défense des droits de l’homme ont dénoncé des détentions arbitraires. La plupart de ces détenus sont actuellement libérés, sans procès, à cause de la loi d’amnistie qui a été proposée par le chef de l’Etat, Macky Sall, et votée par les députés. Un fait qui renforce le sentiment de l’existence d’une «justice aux ordres». Dans le domaine de la justice, les Sénégalais attendent aussi du prochain président de la République, la lutte contre les longues détentions provisoires, l’amélioration des conditions de détentions et l’instauration des peines alternatives à la détention.

Les événements qui ont précédé la tenue de la présidentielle ont été sanglants, avec surtout l’usage incontrôlé d’armes à feu. La circulation illite des armes est un mal qu’il faut endiguer. Il y a aussi les milices privées qui se sont formées au cours de ces dernières années ; il importe de lutter contre leur prolifération.

Le quotidien des Sénégalais est aussi marqué par une faiblesse du pouvoir d’achat des ménages. Le coût de la vie plombe les foyers. Lutter contre le renchérissement des denrées de première consommation, devrait être une priorité du nouveau régime.

Le respect de l’environnement pose également problème. La mer continue d’être polluée. Il faudrait d’importantes mesures afin de mieux préserver l’écosystème marin, surtout que le Sénégal s’achemine vers une exploitation pétrolière et gazière. Le péril plastique continue d’être un problème sans solutions. La préservation de l’environnement devrait aller de pair avec des moyens de lutte efficaces contre la coupe abusive de bois en Casamance. Quid de la lutte contre les inondations ? Un phénomène naturel qui n’épargne presqu’aucune grande ville sénégalaise, y compris en milieu rural avec des villages en proie au ravinement.

FATOU NDIAYE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page