A LA UNEACTUALITÉS

Comité sénégalais des droits de l’homme : quelque 29 nouveaux membres officiellement installés

Le comité Sénégalais des droits de l’homme (CSDH) a procédé hier, mardi 19 septembre 2023, à l’installation officielle de ses vingt-neuf (29) nouveaux membres désignés par arrêté N°03521/MJ/CAB/ CET MF du Garde des Sceaux, ministre de la justice, en date du 18 avril 2023. La cérémonie d’installation présidée par Ismaël Madior Fall, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, a été suivie par une session de capacitation des membres sur les droits de l’homme.

« Cette rencontre constitue un évènement important par notre quête continue pour la promotion et la  préservation des droits fondamentaux de chaque citoyen de notre pays. Les droits de l’homme sont au cœur de toute démocratie y correspondent aux valeurs fondamentales notamment la dignité, d’égalité et du respect mutuel qui font la vie des nations », a déclaré devant les médias, le Garde des Sceaux, ministre de la justice.

Ismaëla Madior Fall, qui a présidé la cérémonie d’installation des nouveaux membres du comité Sénégalais des droits de l’homme, a rappelé l’engagement du président Macky Sall et de son gouvernement à accompagner l’institution nationale des droits de l’homme afin qu’elle remplisse bien son rôle. Et de préciser : « Ma présence de ce matin parmi vous traduit l’engagement constant du Président de la République Macky Sall et son gouvernement à accompagner l’institution nationale des droits de l’homme afin qu’elle puisse remplir convenablement son rôle de promotion et de protection des droits humains. »

Par ailleurs, le ministre de la justice a tenu à rappeler aux acteurs le caractère exigeant de leur mission. « Votre mission est noble et exigeante. Vous avez été choisis en raison de votre expertise, de votre expérience, de votre intégrité et de votre dévouement en vers la cause des droits de l’homme. Votre responsabilité est de veiller à ce que la structure nationale des droits de l’homme joue pleinement son rôle de promotion et de protection des droits de l’homme », a-t-il conseillé.

« Cette rencontre constitue un évènement important par notre quête  continue pour la promotion et la  préservation des droits fondamentaux de chaque citoyen de notre pays. Les droits de l’homme sont au cœur de toute démocratie y correspondent aux valeurs fondamentales notamment la dignité, d’égalité et du respect mutuel qui font la vie des nations », a déclaré le Garde des Sceaux, ministre de la justice.

Ismaila Madior Fall, qui est venu présider la cérémonie d’installation des nouveaux membres du comité Sénégalais des droits de l’homme, a rappelé l’engagement du président Macky Sall et de son gouvernement à accompagner l’institution nationale des droits de l’homme afin qu’elle remplisse bien son rôle. Et de préciser : « Ma présence de ce matin parmi vous traduit l’engagement constant du Président de la République Macky Sall et son gouvernement à accompagner l’institution nationale des droits de l’homme afin qu’elle puisse remplir convenablement son rôle de promotion et de protection des droits humains. »

Par ailleurs, le ministre de la justice a tenu à rappeler aux acteurs le caractère exigeant de leur mission. « Votre mission est noble et exigeante. Vous avez été choisis en raison de votre expertise, de votre expérience, de votre intégrité et de votre dévouement en vers la cause des droits de l’homme. Votre responsabilité est de veiller à ce que la structure nationale des droits de l’homme joue pleinement son rôle de promotion et de protection des droits de l’homme », a-t-il conseillé.

De son côté, Me Pape Sene, président du comité sénégalais des droits de l’homme (CSDH) a lui insisté sur les défis du Sénégal d’aller retrouver son statut, rappelant que le Sénégal a perdu son statut depuis décembre 2012. « L’un des défis majeurs, c’est de retrouver le statut A. Parce que vous savez que le comité Sénégalais des droits de l’homme a perdu son statut en décembre 2012. Et aujourd’hui, nous nous mobilisons tous les moyens de notre côté avec l’appui des partenaires techniques et financiers, le haut commissariat des droits de l’homme, l’UNICEF, l’ambassade Suisse, France et autres, mais également du gouvernement de la République du Sénégal pour retrouver ce statut A », a-t-il fait savoir.

Afin de retrouver, ce statut, le président du CSDH recommande à ses nouveaux membres à mener plus d’actions sur le terrain. Et de souligner : « Maintenant pour retrouver ce statut A, il faut quand même des actions sur le terrain. Comme vous le savez, nous avons aujourd’hui un avant projet de loi, qui est dans le circuit administratif et qui certainement va faire l’objet d’une adoption à court terme. Ce qui sera un premier pas. Parce que c’est extrêmement important pour retrouver le statut A d’avoir une loi conforme au principe de Paris. »

 

Ousmane GOUDIABY

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page