SOCIETE / FAITS DIVERS

Corps Déterrés Au Cimetière De Kolda : Une Affaire De Magie Noire

Trois individus ont été arrêtés, le 22 mars dernier par la police, lors de l’enquête sur la profanation de trois tombes au cimetière de Doumassou-Gadapara.  La perquisition de leur appartement a permis la découverte de nombreux objets mystiques laissant penser à de la magie noire, d’après Enquête.

Après la profanation de trois tombes, au cimetière de Doumassou-Gadapara, les 16,17 et 19 mars dernier, la police a mis en place un dispositif de surveillance, en collaboration avec les membres du comité de vigilance de Doumassou Gadapara. Deux quartiers qui entourent le cimetière.

Cette souricière a permis, le mercredi 22 mars dernier vers 13h, d’interpeller un individu à l’intérieur du cimetière. Interrogé sur l’objet de sa présence sur les lieux, le suspect a tergiversé, avant de dire qu’il est venu faire son ‘’ziar’’. Les membres du comité ont voulu savoir, s’il a un parent ou connaissance enterré dans le cimetière et éventuellement de leur donné son identité. Le suspect a répondu être juste venu, en bon musulman, pour prier en faveur des morts.

Le suspect a échappé à la vindicte population

Ces déclarations n’ont convaincu personne. Ainsi, il a été pris la décision de le conduire manu-militari dans les locaux du commissariat central, pour tirer cette affaire au clair. Mais, il fait compter avec la colère d’une foule hostile, armée de gourdins, de pierres et d’armes blanches. Elle s’était massée sur le site, prête à un lynchage. Il a alors fallu au Malick Dieng, commissaire central de la police, déployer un trésor d’ingéniosité, faire preuve de tact et servir des arguments solides pour éviter le pire au suspect qui pu être extrait de là sans dommage.

Une fois dans les locaux du commissariat, le mis en cause Amadou alias Serigne Diagne (originaire de Louga), âgé de 47 ans, a déclaré avoir quitté Dakar, il y a bientôt deux mois, pour venir se soigner avec la médecine traditionnelle dans le Fouladou.

Des objets mystiques trouvés dans la chambre

Une perquisition du domicile où le Lougatois était hébergé a permis aux enquêteurs de découvrir de nombreux objets mystiques dits « Dialang », dans la salle de bain de sa chambre. Ces objets mystiques sont composés de cornes, de cauris, de gris-gris et d’autres objets du même acabit.

Tout ceci laisse penser à la pratique de magie noire. Interpellé sur cette découverte, Serigne Diagne a affirmé ne pas en être le propriétaire. Il a aussitôt désigné son tuteur Salif Baldé, (né en 1976 à Kolda), comme étant le propriétaire de ces objets mystiques.

Interpellé et interrogé à son tour, le vendeur de médicaments traditionnels et tradi-praticien a nié. Il a déclaré ignorer le véritable propriétaire de ces objets trouvés. Le Koldois a déclaré aux enquêteurs avoir hébergé le Lougatois pour lui permettre de se soigner traditionnellement.

Le troisième Abdou Baldé, âgé de 21ans, partageait la même chambre que Serigne Diagne. Tailleur et domicilié à Saré Kémo, dans la commune de Kolda, il a déclaré lui aussi ignorer tout de la provenance des objets trouvés, dans la salle de bain de la chambre qu’il partageait avec le Lougatois. Il a confié aux enquêteurs : ‘’Amadou dit Serigne Diagne effectue fréquemment des bains mystiques sur la terrasse. Pour ce qui est de la supposée maladie du susnommé, je n’ai jamais été mis au courant. Serigne Diagne m’avait juste déclaré qu’il est venu à Kolda pour ouvrir une boutique de prêt à porter ».

Des indices corroborant leur culpabilité

Ayant suffisamment d’indices corroborant leur culpabilité, les deux Koldois et leur hôte ont été placés en garde à vue pour profanation et complicité de profanation de sépultures. Ils seront présentés au procureur de la République Près le Tribunal de grande instance de Kolda ce lundi 27 mars.

Au regard de la gravité des faits pour lesquels ces trois personnes suspectes sont poursuivies, le dossier risque d’atterrir au bureau du juge d’instruction pour les besoins d’enquête.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page