ACTUALITÉSINTERNATIONALSPORTS

Coupe du monde féminine – L’Espagne championne du monde après sa victoire contre l’Angleterre (1-0)

Deux nations pouvaient s’offrir, dimanche, la première Coupe du monde féminine de leur histoire. Et c’est l’Espagne qui a connu cet immense bonheur en s’imposant sur la plus petite des marges contre l’Angleterre (1-0) à Sydney. Olga Carmona a encore été l’héroïne espagnole en inscrivant le seul but de la rencontre. La Roja a ouvert le score à la 29e minute, pour ne jamais rien lâcher ensuite.

picturepicture

Olga Carmona célèbre son but en finale de la Coupe du monde féminine

Crédit: Getty Images

L’Espagne grimpe sur le toit du monde. La Roja a remporté sa première grande finale internationale en dominant l’Angleterre, dimanche à Sydney, sur la plus petite des marges (1-0). Un but de leur capitaine Olga Carmona (29e), une belle maîtrise technique et du répondant dans le combat offrent aux Espagnoles le bonheur suprême face à des Anglaises décevantes. Malgré de grosses tensions avant la compétition, Jorge Vilda et ses protégées ont su trouver la formule gagnante.
A un pas du doublé, les Lionnes ringardisent le statut d'éternel perdant de l'AngleterreA un pas du doublé, les Lionnes ringardisent le statut d'éternel perdant de l'Angleterre
Coupe du monde féminine

A un pas du doublé, les Lionnes ringardisent le statut d’éternel perdant de l’Angleterre

 

Malgré la pression d’une première finale de Mondial, les deux équipes sont tout de suite entrées dans leur match. Avec le même onze de départ qu’au tour précédent et donc sans Lauren James, de retour de suspension mais remplaçante, l’Angleterre a voulu faire parler sa puissance athlétique. L’Espagne a résisté pour ensuite faire parler sa qualité technique collective.

Carmona montre la voie

Les débats se sont emballés dès le premier quart d’heure passé, avec un tir sur la transversale signé Lauren Hemp (16e). La réponse de la Roja a été immédiate avec une énorme occasion pour la pépite Salma Paralluelo et Alba Redondo qui a buté sur Mary Earps (17e). Alexia Putellas, elle, regardait tout cela depuis le banc. Les Espagnoles ont poursuivi sur leur lancée et leur capitaine Carmona a ouvert le score d’une belle frappe croisée après une perte de balle de Lucy Bronze (1-0, 29e). Paralluelo a aussi trouvé le poteau anglais juste avant la pause (45e+1).
picture

Olga Carmona célèbre son but

Crédit: Getty Images

A la reprise, Sarina Wiegman, sélectionneure néerlandaise de l’Angleterre, a pris les choses en mains et lancé James et Chloé Kelly tout en passant à une défense à quatre. Cette option n’a cependant pas porté ses fruits car ses joueuses sont restées mal inspirées et brouillonnes à l’image des décevantes Lauren Hemp ou Ella Toone.

Earps stoppe le penalty d’Hermoso

Ce sont même les Espagnoles, plus cohérentes et emmenées par l’excellente Barcelonaise Aitana Bonmati, qui sont restées les plus dangereuses. Mariona Caldentey a obligé Mary Earps à se détendre (50e) puis Bonmati a envoyé une lourde frappe de peu au-dessus de la cible (62e). Jennifer Hermoso a même eu l’occasion de faire le break sur un penalty consécutif à une main de Keira Walsh repérée par le VAR mais l’a mollement frappé et Earps a maintenu l’Angleterre en vie (70e). Revigorées par cet arrêt de leur portière, les Lionesses ont retrouvé de l’énergie mais sont restées désespérément impuissantes sur le plan offensif malgré 14 minutes de temps additionnel.
Les championnes d’Europe déchantent et leur coach Wiegman perd en finale du Mondial comme en 2019 avec les Pays-Bas. Pour l’Espagne, c’est la consécration après la crise et la mise à l’écart de nombreuses frondeuses. Elle succède aux Etats-Unis et, avec le Barça double champion d’Europe en titre, son règne risque de durer.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page