A LA UNEACTUALITÉS

Coupure d’internet en Afrique: réparer les câbles sous-marins, une tâche complexe et fastidieuse

Une partie du continent africain s’est vu privée d’accès à internet, jeudi 14 mars, après l’arrachage de quatre des cinq câbles sous-marins qui permettent de relier l’Afrique de l’Ouest au réseau mondial. Si les différents opérateurs ont rapidement réagi pour rediriger leurs flux et rétablir le réseau, la réparation des câbles pourrait prendre plusieurs semaines.

Après les perturbations internet qui ont touché de nombreux pays de l’Afrique de l’Ouest comme la Côte d’Ivoire, qui a été la plus impactée, le Liberia, le Burkina Faso, la Guinée ou encore le Ghana, la situation est progressivement revenue à la normale. Sur les cinq câbles sous-marins reliant cette partie du continent à internet, quatre ont été endommagés, dont ceux de deux des plus gros opérateurs, Orange et MTN. Dans la plupart des cas, ce type d’incident est dû à un arrachage des câbles par des ancres de navires, l’activité de bateaux de pêche ou par des mouvements de terrain sous-marins.

Les pannes concernent principalement les câbles West Africa Cable System, Africa Coast to Europe, SAT-3 et MainOne, tous longs de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres, desservant plusieurs pays le long de la côte ouest-africaine et se branchant à l’Europe, notamment en Espagne, au Royaume-Uni et en France.

Le trafic redirigé pour rétablir le réseau

Pour rétablir l’accès à internet au plus vite, les fournisseurs d’accès ont rapidement réagi. Dans les heures suivant la panne, l’opérateur sud-africain MTN assurait que des « opérations » étaient en cours pour « rediriger le trafic par des voies alternatives au réseau ». Même chose du côté d’Orange qui s’est tout de suite dit « mobilisé pour trouver des solutions de reroutage du trafic et connecter les pays isolés par d’autres voies ».

En réorientant les flux, les opérateurs internet ont pu rapidement stabiliser la situation et rétablir un accès au réseau satisfaisant pour la plupart des pays concernés par cette panne. MTN a par exemple affirmé ce lundi 19 mars avoir « rétabli avec succès ses opérations, récupérant plus de trois térabits par seconde de capacité » sur l’ensemble de sa zone de couverture. « Tout au long de cette période, nous avons donné la priorité au rétablissement des services en activant rapidement de nouveaux câbles pour accroître l’interconnectivité et établir des itinéraires alternatifs, renforçant ainsi la résilience de notre réseau », s’est félicité l’opérateur sud-africain.

Localiser l’incident pour réparer

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page