ACTUALITÉSRELIGIONSOCIETE / FAITS DIVERS

DÉCOUVERTE : le puits de POROKHANE de Mame Diarra Bousso, appelé communément « Ténou mame Diarra

Porokhane est un village situé à 08 kilomètres de Nioro du Rip, dans la région de Kaolack. C’est un lieu de pèlerinage annuel où des centaines de milliers de personnes, surtout des femmes rendent hommage, à la mère de Cheikh Ahmadou Bamba.

Nous sommes au puit de Mame Diarra Bousso, appelé communément « Ténou mame Diarra  » , à quelques pas de la grande mosquée de Porokhane . Ici des femmes et des hommes font la longue queue pour trouver de l’eau dans ce puit.

Selon Mountakha Guéye, superviseur du puit, c’est en 1865 que Mame More Anta saly père de serigne Touba s’est installé à porokhane . Parceque d’après lui, ce dernier était le  » cadit  » de Maba Diakhou Ba, c’est à dire, celui qui chargé de juger les musulmans en cas de conflit , il ne voulait pas être dans le même toit que le roi. C’est pour cette raison que Maba diakhou Ba l’avait proposé d’aller s’installer dans le village.

Mais il ajoute que, le village était habité par les socés et des toucouleurs . Aujourd’hui tout le monde pense que le puit est creusé par Mame More Anta saly ou par Sokhna Diarra mais tel n’est pas le cas , ils l’ont ont trouvé sur place le puit , a déclaré Mountakha Guéye. »

Si un Homme de Dieu touche une chose, cette dernière aura une bénédiction (barké), c’est la raison pour laquelle les pèlerins viennent chercher de l’eau, car pour eux l’eau est bénie et ça guérit « , a fait savoir Mountakha Guéye.

Fatou Sylla, est venue cherché de l’eau.  » depuis deux heures de temps, j’attends mon tour, à chaque année avant de rentrer, je viens au  » ténou mame Diarra  » y chercher de l’eau. À la maison, si mes enfants tombent malades, je leurs donne cet eau, aussitôt ils guérissent. Moi personnellement c’est un médicament contre tout mal.

En bref, c’est un gagne pain pour des vendeurs de bidons. Bassirou Diawo est venu de Dakar, il commercialise des bidons vides. « j’ en sort vraiment. Chaque année, je viens dans le village à un mois avant le magal. avant le jour du magal j’écoule tous les bidons « , affirme t-il. De poursuivre Bassirou Diawo , que les prix sont différents selon le type de bouteille que le client a besoin, les bouteilles de 10L coûtent 300fcfa et celui de 5L à 100 fcfa .

Avec Mamadou Ndiaye Le Public

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page