POLITIQUE

Diembéring: Les Kabrousse renversent la tendance et écarte, le maire sortant, Tombong Guèye

Les élections locales de ce dimanche 23 janvier 2022 ont n’ont pas créé de séisme politique qu’à Dakar et à Ziguinchor, seulement. A Kabrousse, à 70 kilomètres de la capitale régionale de la Casamance un tremblement de terre a été noté, hier soir. Alors que peu de gens l’attendait à ce stade de la popularité, c’est un fils de Kabrousse, Léopold Abba Diatta, un effacé inspecteur des impôts résidant à Dakar qui est venu renverser la hiérarchie presque normale de l’aristocratie du Kassa.

Parce que, à l’heure du décompte, c’est ce novice politique à qui la coalition Benno Bokk Yakkar avait refusé son investiture, lui préférant le fromager Tombon Guèye, qui a renversé un ordre établi depuis des décennies et qui voudrait que les chefs viennent de Diembéring, en arrachant le pouvoir des mains du maire presqu’éternel -il a fait 13 ans de règne- de la commune de Diembéring. Avant ce jour historique du 23 janvier 2022, il n’avait jamais traversé à l’esprit de personne l’idée saugrenue que le pouvoir local soit, un jour, confié à une personne originaire d’un autre village que Diembéring. Du temps de la colonisation avec les chefs de canton jusqu’à Tombon Guèye, c’est à Diembéring que les élus locaux ont toujours été choisis. Et c’est, tout naturellement, dans cette bourgade éloignée de 17 kilomètres de Kabrousse que se trouve la mairie, le siège de l’administration communale. Depuis hier soir, ce sont tous ces acquis qui risquent d’être remis en cause.

Résidant à Dakar, le nommé Léopold Abba Diatta, originaire de Nialou -le quartier de Aline Sitöé Diatta- est le maire de la commune de Diembéring et il a redonné la fierté aux Kabrousse. Parce que, en sourdine, dans ce village où on compte le plus gros électorat après Cap Skirring, les populations avaient toujours considéré le choix de Diembéring comme “une anomalie” que rien ne justifiait. “On a corrigé une injustice qui nous a été faite depuis longtemps“, entend-t-on dire à Kabrousse. Désormais, sous les ordres du nouveau maire, il y aura les villages de Kabrousse, de Cap Skirring, de Boucotte, les iles de Karabane, de Kachouane, de Windaye, de Ourong, de Sifoka et de Ehidj. Et pour se rendre dans ses bureaux et présider les conseils municipaux, le nouveau maire de la commune doit faire 17 kilomètres, traverser 3 villages dont celui de Boucotte actuellement très remonté contre les Kabrousse depuis l’affaire d’Oasis Boucotte.

Et même si la zone ne fait pas toujours la Une des journaux, il y règne un climat de terreur et de méfiance entre les habitants de Kabrousse et leurs voisins de Cap Skirring et de Boucotte qu’ils considèrent comme des “étrangers” installés sur leurs terres -donc expulsables à tout moment- et ceux de Diembéring accusés d’avoir toujours été le bras armé des colons comme des étrangers. Parce que, si le pouvoir central a réussi à imposer son autorité sur l’ensemble du territoire national, à Kabrousse, il y a encore des parcelles qui échappent aux lois et règlements en vigueur au Sénégal. Des hommes y sont armés et se promènent librement avec leurs Kalachnikovs. Surtout à Nialou, l’un des quartiers qui avaient vu un nombre important de ses fils rejoindre le maquis du MFDC, dans les années 1990-2000. Et, à leur retour à la vie civile, la plupart de ces jeunes gens ont conservé leurs armes qu’ils n’hésitent pas à brandir contre toute personne qui refuserait de se soumettre à leur volonté.

Aujourd’hui et depuis le scrutin du 23 janvier 2022, c’est ce Kabrousse-là -rebelle dans l’âme- qui a pris le pouvoir dans le Kassa. Pour y parvenir, Léopold Abba Diatta a réussi à fédérer les quartiers antagonistes de Mossor, de Kadiakaye et de Nialou. Pendant ce temps, Diembéring -qui a toujours pourvu la zone en maires- était partagé entre Edouard Diatta, Yewwi, et Tombong Guèye de Benno Bokk Yakkar. Alors que Edouard Diatta s’attaquait à Tombong Guèye sur son bilan ou son absence de résultats, ce dernier faisait le tour de ses parents pour faire courir le bruit que “Édouard est trop jeune pour prétendre occuper le poste. Aussi, puisqu’il est de l’opposition radicale de Ousmane Sonko, l’État ne suivra pas ses ambitions pour Diembéring. Et ces faits risquent de bloquer tous les projets qu’il présentera.” Ont soutenu à Kéwoulo des sources locales.

Oublié par les analystes politiques, considéré comme un “politicien mineur” par ses amis de Benno et ignoré par les opposants, Léopold Abba Diatta s’est rapproché d’Abdoulaye Baldé et de l’UCS qui lui ont permis de concourir au suffrage universel, sous leurs couleurs. Avant lui, Tombon Guèye aussi s’était fait un nom grâce à Abdoulaye Baldé et l’UCS. Et, en 2018, alors qu’il jurait fidélité à l’ancien maire de Ziguinchor, Kéwoulo avait révélé que Tombong Guèye n’allait pas tarder à le trahir, pour rejoindre les prairies beige et marron de l’APR. L’histoire va-t-elle bégayer? En attendant de connaitre le sort que l’avenir voudra bien réserver au compagnonnage d’Abdoulaye Baldé et de son nouveau lieutenant de Kabrousse, la coalition Yewwi Askan Wi a montré qu’elle a, désormais, un ancrage bien réel sur ces terres du Kassa; puisqu’elle a gagné les villages de Boucotte -4éme poids lourd de l’électorat local- et Cap Skirring, 1er en terme de démographie. Aussi, il est à noter que la vague Yewwi Askan Wi est arrivée deuxième à Diembéring, 3 ème grenier électoral.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page