ECONOMIE

Doom Yaye, Sen’Diabete et E-Contravention primées au Sénégal

«Ce prix, initié par le Groupe Orange et décerné par Sonatel au Sénégal, entre dans le cadre de la stratégie d’innovation de la politique RSE du groupe par la promotion de l’innovation sociale grâce aux Tics. Il récompense de ce fait les meilleures startups qui proposent des solutions technologiques innovantes au service du développement », lit-on dans le communiqué.

La même source informe que la 12ème édition du Poesam plébiscite cette année encore les projets innovants basés sur les Tic, permettant d’améliorer les conditions de vie des populations d’Afrique et du Moyen-Orient, dans les domaines tels que l’éducation, la santé, l’environnement, la Fintech, etc. Depuis son lancement, près de 40 startups ont ainsi été accompagnées.
 
Doom Yayequi remporte le premier Prix de la compétition de 2022, est une startup qui évolue dans le secteur de la santé (mère-enfant) .Cette plateforme fournit des informations pratiques sur la prévention, le suivi et la  prise en charge de la santé maternelle, prénatale, néo-natale et infantile. https://www.doomyaye.com
Le deuxième lauréat de ce concours SEN’DIABETE, startup qui évolue aussi dans le domaine de la santé, avec une solution (portail web médical et application mobile) de suivi et de prise en charge des patients diabétiques.
 
E-CONTRAVATION quant à elle, remporte le troisième Prix, en mettant l’accent sur la lutte contre la corruption avec la solution E-contravention. Une plateforme de prise en charge des contreventions routières et des amendes y afférentes. Ces trois projets novateurs ont été sélectionnés par un jury composé de représentants de Gaindé 2000, la start Up PAPS, la Der-FJ, Sonatel, Optic, l’Ambassade de France, le Ministère de l’Economie numérique et des Télécommunications. Ils bénéficient avec ces prix d’un appui financier très important en plus de l’accompagnement technique qui sera octroyé par les experts en incubation et partenaires de Sonatel et du groupe Orange sur une période de 6 mois.
 
Oumar Nourou

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page