SOCIETE / FAITS DIVERS

Elle atterrit en prison pour avoir traité de prostituée, la mère d’une célèbre femme d’affaires

Après dix jours de détention, Khadidiatou Diop a écopé hier, d’une peine de deux ans assortis du sursis pour diffusion d’écrits contraires aux bonnes mœurs. Domiciliée à Sacré-Cœur, la commerçante avait injurié la propriétaire de la boutique Bise Collection, Bigué Ndoye et ses parents. Sur les intérêts civils, la commerçante doit verser 1 million FCFA.

Les réseaux sociaux deviennent de plus en plus un espace de règlement de comptes. Dans un élan vindicatif, Khadidiatou Diop avait voué aux gémonies la propriétaire de la boutique Bise Collection, Bigué Ndoye et ses parents. Mais, suite à la plainte des victimes, la mise en cause qui venait fraîchement de se marier, a été placée sous mandat de dépôt le 10 février dernier. Jugée hier, par le tribunal des flagrants délits de Dakar, pour diffusion d’écrits contraires aux bonnes mœurs, Khadidiatou Diop déclare que c’est Bigué Ndoye qui a déclenché les hostilités sur snapchat. « Je n’ai fait que riposter à ses injures. Comme elle m’avait bloquée, j’ai enregistré mes insultes dans un audio, avant de l’envoyer à une de ses connaissances du nom de Rokhaya Niabaly Seck. C’est cette dernière qui a publié l’audio sur son compte snapchat », a-t-elle allégué. Étayant ses propos, la commerçante renseigne qu’elle a taxé Salimata Dia, mère de Bigué Ndoye, de prostituée. « C’est la petite sœur de Bigué Ndoye qui était ma promotionnaire. Je n’ai jamais dit que son père est mort en prison », a-t-elle nié. A l’enquête préliminaire, la prévenue avait confié que c’est elle même qui a publié l’audio sur le compte snapchat de Rokhaya Niabaly Seck, car celle-ci est très suivie sur le réseau social.

Pour Me El Hadji Diouf, la comparante est jalouse de Bigué Ndoye. « Elle a tué une famille. Même le papa qui n’a jamais fait la prison, elle dit qu’il est mort en détention. Bigué Ndoye qui est au Canada, ne peut plus sortir de sa maison. Sa mère est blessée », s’indigne le bouillonnant avocat. Pour la réparation du préjudice moral subi par Salimata Dia et la famille Ndoye, il a réclamé 300 millions FCFA.

La représentante du parquet a requis l’application de la loi. Me Moussa Konaté a soutenu que la prévenue ne peut être poursuivie que pour complicité. Dans la mesure où elle n’a pas publié l’audio. « Elle a dit que c’est une autre personne qui avait fait des publications sur la famille de Bigué Ndoye. Et cette dernière qui croyait que c’était elle, a fait une publication sur elle. Je vous demande de retenir l’excuse de provocation », a plaidé Me Moussa Konaté. Sur les intérêts civils, il a demandé au tribunal de ramener le montant réclamé à 300.000 francs.

Le juge a finalement condamné la prévenue à deux ans de prison avec sursis et à payer 1 million FCFA aux parties civiles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page