SOCIETE / FAITS DIVERS

Émigration Illégale : La Mer A Encore Tué 

Ils sont plus de 200 jeunes à avoir péris en mer vers une Émigration illégale . A l’origine, ils étaient trois cents. De ce groupe, on a retrouvé que 86 dont 6 femmes.  Une situation dramatique qui interpelle lourdement les autorités. Car, on peut se demander comment un nombre aussi important de jeunes a pu s’organiser pour prendre des embarcations de fortune au nez et à la barbe de tous ?

Bien sûr, cela ne dédouane pas leurs parents. Encore moins ces jeunes qui s’entêtent à prendre des risques aussi insensés pour un eldorado qui n’existe que dans leurs têtes.  Pis, il n’y a pas plus coupables que les passeurs. Ces trafiquants d’émigrés sont des criminels très organisés qui font prendre des risques insensés aux jeunes. Parce que cela rapporte beaucoup d’argent.

En somme, nous sommes tous coupables. Tellement coupables que nous devons désormais réfléchir à des solutions pérennes, effaces parce que facilement mise en œuvre.  Car qu’ils fuient la misère n’est pas tout à fait vrai. Soutenir qu’ils cherchent de meilleures conditions de vie est plus exact.  Car, ils ont dû payer des pécules qui tournent autour de 500 mille de nos francs pour chacun d’eux. Or, des misérables n’ont pas ces sommes.

En clair, cette problématique mérite un sommet extraordinaire de nos Chefs d’Etat. L’union africaine doit s’y plancher et avec elle tous les États pour prendre à bras le corps cette question. Car, l’hémorragie a trop duré.   Et le silence de nos dirigeants trop pesant.  On ne peut pas pourtant continuer à laisser les jeunes mourir en mer même si des efforts importants ont été faits dans le cadre du Frontex par exemple.  Mais ces efforts sont insuffisants.

Mieux la situation est trop sérieuse pour être récupérée politiquement. Il faut même un sursaut national pour ne pas dire continental pour endiguer un fléau qui fait autant de morts que les guerres et le terrorisme.

Assane Samb

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page