A LA UNEACTUALITÉS

Exclusion de Karim Wade de la présidentielle : le PDS réclame la tête du Conseil Constitutionnel

Décidément, l’élimination du candidat Karim Wade à l’élection présidentielle est une pupille qui passe mal chez les libéraux. Après plusieurs tractations visant à faire annuler la présidentielle de 2024, dont le projet de loi portant report du scrutin, le Parti démocratique veut désormais la tête la tête du Conseil Constitutionnel. Face à la presse mercredi Mamadou Lamine Thiam, invitant au président Macky Sall d’en tirer toutes les conséquences, demande la dissolution de tous les membres du conseil.

La décision du conseil Constitutionnel en date du 20 janvier excluant le candidat Karim Wade de la prochaine élection présidentielle est une pilule qui passe mal au Parti démocratique Sénégalais, qui persiste toujours sur leur thèse de corruption attribuée à des juges du Conseil Constitutionnel. Le PDS en veut pour preuve l’existence d’audio partagés sur les réseaux sociaux. En marge d’un point de presse tenu mercredi 13 mars à la permanence Oumar Lamine Badji, les Wadistes qui invitaient au président Macky Sall d’en tirer toutes les conséquences déclare « Nous exigeons la dissolution immédiate du conseil Constitutionnel. »

D’après  Mamadou Lamine Thiam, président du groupe parlementaire Liberté Démocratie et Changement, « Actuellement, des audio qui circulent sur les réseaux sociaux confirment nos craintes et mettent en lumière des échanges entre l’ex premier Amadou Ba et des membres du conseil constitutionnel dans le but d’éliminer Karim Wade. Des enregistrements prouvent l’existence des tractations financières visant à acheter des membres du Conseil Constitutionnel dont son président pour évincer Karim Wade », argue-t-il.

Avant de s’interroger : « Pourquoi des membres de la société civile habituellement vigilante sur des questions de corruption, de bonne gouvernance et de malversation, les médias et les institutions judiciaires du pays sont abstenus de chercher à vérifier la teneur de ces enregistrements et à saisir la justice afin de faire toute la lumière sur ces faits qui nous donnent raison sur le degré de corruption selon pas que le Sénégal se dirige vers des échéances électorales marquées par des suspicions et des doutes sous la gouvernance d’un organe dont l’intégrité, le Conseil Constitutionnel est discrédité pour la prochaine élection présidentielle. »

Devant cet état de fait, lance Mamadou Lamine Thiam, « Nous appelons les leaders politiques, la société civile et tous les citoyens épris de justice et de transparente à se rassembler avec tous les militants du PDS dans cette exigence de vérité et de justice. »

Cependant, pour ce qui est de l’exclusion de leur candidat à l’élection présidentielle, la formation dirigée par le secrétaire général Me Wade ne compte pas lâcher du lest. « Nous continuerons sans relâche notre combat pour que la justice soit faite pour que notre candidat Karim Wade puisse participer à l’élection présidentielle pour que chaque sénégalais puisse choisir librement sans la moindre manipulation », ont déclaré M. THIAM et le Parti démocratique sénégalais.

Sous ce rapport lance le président du Groupe parlementaire Liberté, Démocratie et changement, « Nous demandons toutes les fédérations du parti, à tous les responsables, aux militants et alliés de rester mobilisés et à l’écoute du programme d’action du parti qui sera mis en œuvre dans les prochains jours. »

Ousmane GOUDIABY

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page