SOCIETE / FAITS DIVERS

Face à La Grippe Aviaire: La Viande De Bœuf Et De Mouton Comme Alternative

À la Seras, le kg de viande de mouton est cédé à 4800 Fcfa voire 5000 Cfa. Le Kg de la viande de bœufs est à 3800 Fcfa. Avec les craintes  nourries par les populations face aux menaces de la grippe aviaire, la viande de bœuf et celle de mouton sont très prisées.

Il y a quelques jours, c’était le calme plat au foirail de Diamagueune Sicap Mbao. Les clients étaient  moins nombreux que d’habitude. Avec ce contexte de Korité, les choses ont pris une autre tournure. Debout devant sa table garnie de viande de bœuf, il agite son chasse-mouche, puis saisit son couteau et tranche la côtelette. À moins de 2 jours de la célébration de la fête, le boucher regrette la cherté des bœufs qui, souligne-t-il, « sont intouchables actuellement. » « Les sujets sont chers sur le marché. Il est impossible d’avoir un bœuf à 150 000 Fcfa. Il faut forcément débourser entre 180 000 et 200 000 Fcfa.

Du coup, le kilogramme de viande connaît une hausse. Il est vendu actuellement à 3800, parfois à 4000 Fcfa », informe-t-il, guettant la clientèle. Sous un chapiteau, Ousseynou Faye se fait aider par deux jeunes hommes pour accrocher la carcasse. Le jeune homme propose de la viande de bœuf depuis bientôt 10 ans. À quelques jours de la fête, il établit une comparaison par rapport aux prix de l’année dernière. « Avec le contexte de tensions, des maliens hésitaient à convoyer les bœufs.

Le kilogramme de viande est passé de 3000 à 3800, voire 4000 Fcfa. Ce sera compliqué pour les familles qui préfèrent la viande de bœuf », alerte-t-il son arsenal de couteaux sous les yeux.

Établi à quelques mètres de l’arrêt Diamagueune, Moustapha Sylla s’offusque de l’instabilité des prix. « Tout est cher. Du jour au lendemain, on constate une hausse inexplicable. Raison pour laquelle le kilogramme de viande est vendu parfois à 3800 ou plus Fcfa », souligne-t-il assis devant sa cantine.

L’inquiétude est également le sentiment le mieux partagé chez les clients. Munie d’un sachet, Oulimata fait le tour des cantines. Elle est venue s’approvisionner pour la korité. « La viande de mouton coûte cher actuellement. Celle de bœuf également. Il faut débourser presque 10.000 Fcfa pour avoir deux kilogrammes. C’est compliqué pour les ménages », déplore la dame vêtue d’une djellaba grise.

À ses yeux, la fête risque d’être difficile pour les familles. Fréquentant les foirails pour les mêmes raisons, Soukeyna Niang livre les mêmes impressions. Pour elle, la conjoncture économique n’épargne aucun pays, aucun secteur. « Dans les quartiers, le kilogramme de viande de mouton ou de bœuf est vendu entre 4800 et voire 5000 Fcfa. La fête de Korité sera compliquée vue que le poulet se fait rare sur le marché avec des cas de grippe aviaire, d’aucuns hésitent », estime Soukeyna. « Le prix de la viande au kilogramme est loin d’être maitrisé. Car tout dépend de la disponibilité. C’est terrible ce qui se passe actuellement sur le marché car nous aussi on ne veut pas vendre à perte », explique Baylo. A la Médina en particulier à la rue, communément appelé « kogne yapp », la viande de moutons est très prisée.

Des carcasses de moutons bien rangées, d’autres enveloppées dans des  sacs pour les protéger du vent.  Le maitre mot : « c’est à 4500 voire 5000 Fcfa. » « Les bêtes sont chères sans compter le prix du transport et les autres frais », insiste l’un d’entre eux. Même cela, relativise B. D, « n’est plus garanti à cause de la hausse des prix des aliments bétail dont le foin, tout est cher. Et c’est normal que cela se répercute sur les prix », prévient-il.

MOMAR CISSE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page